Discrétions assurées

Affaire AZF : la « Note aux rédactions » du Ministère de l’Intérieur

Par , 23 mars 2004 | 11464 Lectures

Ministère de l’Intérieur, de la Sécurité Intérieure et des Libertés Locales

Paris, le 2 mars 2004

« Note aux rédactions »

Depuis quelques jours, certains journalistes interrogent le ministère de l’Intérieur, de la Sécurité Intérieure et des Libertés Locales sur la réalité d’un chantage conduit à l’initiative d’un groupe terroriste qui menacerait de commettre des attentats. Pour d’évidentes raisons de sécurité, il serait préférable qu’aucune information ne soit rendue publique avant le dénouement de l’affaire.

De nombreuses informations, parfois erronées, circulant avec insistance, il a paru cependant nécessaire de vous donner quelques précisions.

Il est exact que des courriers sont parvenus au Ministère émanant d’un groupe qui se désigne sous l’appellation AZF. Ces courriers comportent des menaces d’attentats. Ils sont accompagnés de la demande aux pouvoirs publics d’une importante somme d’argent.

Le procureur de la République a ouvert une information auprès de deux juges d’instruction anti-terroristes.

Le Ministère de l’Intérieur, de la Sécurité Intérieure et des Libertés Locales tente d’établir des contacts avec le groupe AZF avec le souci de préserver au maximum la sécurité des personnes. Il demande à la presse d’être discrète afin de ne pas géner ces contacts et fait appel à son sens des responsabilités. Bien entendu, dès que ce sera possible, la presse sera très exactement informée sous le contrôle de la justice de ce qui s’est passé.

ABONNEZ VOUS AU BULLETIN ALÉATOIRE SOUS PLI DISCRET

Messages

  • Est-ce que les fautes étaient dans la lettre officielle ??

    « cepandant » et « nécéssaire »

    Juste par curiosité...

  • Cela aura été une des caractéristiques du Gouvernement Raffarin que de donner ses consignes aux journalistes, oubliant que ceux-ci ne sont pas nécessairement attachés à faire la « communication » de ses services.

    Petit rappel des faits

    • Récemment furieux de la titraille employée par Le Monde, Le Premier ministre lui-même se fend d’une missive « pédagogique » pour réapprendre son boulot au directeur de cette publication...

    Raffarin écrit au « Monde » : « J’entends l’inquiétude... »

    Extrait : « Monsieur le Directeur, »Comme j’ai déjà eu l’occasion de vous le dire publiquement lors d’un débat organisé par votre journal au Théâtre du Rond-Point : « Il est dommage que vous ne laissiez pas à vos journalistes le soin de rédiger les titres de leurs articles. » Vos « unes » seraient moins réductrices.

    « Dans votre édition du 24 février, vous titrez sur quatre colonnes à la une : »Entre Raffarin et la culture, le divorce est consommé« . Vous ne faites pas dans la nuance ! »

    D’une manière générale, la méthode Ambiel, conseiller en communication (voir Raffarin TV, sur chiraquie.net) et les pressions amicales sur ses copains des médias ou leurs subordonnées, devraient permettre à la France de se faire remarquer par les défenseurs de la liberté de la presse.

    Et enfin, cette note sur AZF, qui témoigne ou de la confusion du ministre entre le rôle des services de communication de l’Etat et les rédactions de presse, ou d’une grande naïveté, croyant qu’il suffit de dire « tais-toi » à un journaliste pour qu’il se taise en effet, en attendant la consigne.

    Enfin, dernière possibilité, c’est en révélant à une centaine de rédaction une information qu’on place sous le sceau d’un tabou, qu’on espère qu’elles vendront la mèche et paieront s’il le faut, à la place du Gouvernment la culpabilité éventuelle de la révélation de l’interdit...vieille hitoire de la pomme, celle de l’arbre de la connaissance du bien et du mal...l’information est le fruit défendu. La transgression de l’interdit est inévitable (et même ici encouragée) et c’est la mécanique d’Adam et Eve chassés du jardin d’Eden,que Sarko peut-être espérait. Divulguer, sans en assumer le poids, en manipulant les rédactions... serait-ce possible dans notre belle démocratie ?

    On voit que la réalité n’a pas suivi le mythe. Et c’est bien Raffarin qui s’est gauffré...La Dépêche du midi, qui a la première témoigné de son refus de la servilité, devrait mieux s’en porter.

    Inch’Allah !

    • Cette histoire d’AZF sent l’intox à plein nez...la manipulation du gouvernement...C’est assez navrant...remarquez le Gouvernement Jospin avait joué de la rumeur du FN à 42% à la veille des présidentielles...et la propagande prend des airs d’infowar se dissimulant sous la banalité des dépêches d’agence...Je note qu’il n’y a pas eu de vrais dossiers d’investigation sur le thème dans la presse...ce qui aurait été un minimum si l’affaire était sérieuse...Les rédactions ont-elles senties le coup fumeux de l’intox, et n’ont-elles pas voulu jouer avec le feu ? ou ont-elles reçu d’autres notes leur indiquant comment traiter cette non-affaire ???

      Hum, en tout cas, tout cela n’honore personne : on nous prend vraiment pour des cons...

      Mah, ça ne marche pas. Cf, la satire de Brave patrie (et la leçon de Cocteau : « je suis un mensonge qui dit la vérité »)

      Voir en ligne : AZF se retire des élections régionales

  • Tout ça semble monté en épingle. Il y a tellement d’incohérences dans cette histoire.

    Beaucoup de gens ou d’articles se sont élevés contre une soi disant censure. C’est plutot l’inverse que l’on pourrait déplorer.

    Une fois de plus il semble qu’une grande partie des médias ne soit pas en mesure de démonter le travail de communication qui se fait en amont, simple relais des dossiers de presse tout droit sortis des ministere. Ou le plus vraisemblable c’est que l’interet de l’audimat prime sur l’ethique professionelle.

  • Un an après, on n’a toujours pas retrouvé les coupables mais les conclusions s’orientent vers un vaste canular visant l’ancien ministre de l’intérieur, Nicolas Sarkozy.

    Je me demande qui a bien pu risquer plusieurs années de prison dans le seul but de ridiculiser Sarkozy ? Et si c’était un coup monté depuis le sommet de l’état (vous voyez de qui je veux parler...) ?

    Voir en ligne : Affaire AZF : canular contre Sarkozy

  • Sarkozy revenu à l’Intérieur ;

    AZF-(->x.->)-exSAC : « I’ll Be B.A.G »...

    Voir en ligne : Wu-M-P

Police

Perben 2 : ça peut vous arriver

En route !