« Dernière Sommation » (Grasset) : « Un roman qui prouve que le roman peut être une arme » (Arnaud Viviant, Le Masque et la plume, France Inter)

netManiaks

Happy webday

Cinq ans de « Portail des Copains ». Ou quelques bribes (minuscules et imbittables) à propos du Rézo des zéros.

par davduf, 19 novembre 2004

D’abord, remonter les fils de mails comme le temps. Se souvenir des souvenirs enfuis. Lire ce tas de lettres et sourire, un peu, beaucoup, et sourire parfois jaune, gras, et franchement. 1999, quelque chose comme ça. La sale époque des belles salopes, la start-up mania  ; et nous, zigotos du Rézo, fallait bien agiter, s’agiter, défoncer ; et nous, zigotos des Zéros qui montions des start-downs par dizaine, inutiles et futiles. 1999, le temps de riposter, de répondre, de répliquer. Chacun fait ce qu’il peut, on donne ce qu’on veut. C’était informel, joliment informationnel, c’est le monde d’aujourd’hui, bébé. Bientôt, certains allaient inventer un monde nouveau et mettre au point Spip [1]. D’autres, ou les mêmes, Uzinaient depuis un bail. Uzine 1, Uzine 2 ; au fait, comment se porte ce Manifeste du Web Indépendant, socle de nos vies d’alors, de nos dérives d’antan ; et que les gamins d’aujourd’hui ignorent superbement ! Et on les embrasse ! Et Viva el P2P ! Rien n’est fait pour durer ! Éternel recommencement, doux renoncement(s) en rafale, t’écoutes quoi en ce moment, les Libertines ou les Black Keys ? Même le vieux pas si vieux Ol’ Dirty Bastard vient de passer de l’autre côté, dead on arrival, derrière la Porte Verte, behind the Autre Portail... Le sens de tout ça ? Le sens de la vie. Sans. Sans sens. On appelait ça le Mini-Rézo, parce qu’on savait bien qu’on était rien, ou trois fois rien, riquiqui, Mini, riquiqui et qui rira bien le dernier. Le Mini-Rézo, donc : des webmestres de part et d’autre, qui devinaient|croyaient en un autre monde est possible quand personne n’avait encore songé à chercher le slogan. C’était le règne de l’autodéfense (de la liberté d’expression). Nous sommes encore en vie. On a gagné (heu ?).

1999, le vieux siècle. Novembre 1999. Être un bug avant l’heure, une fois, rien qu’une fois dans sa vie, con et bug à la fois. Novembre 1999, avant le 31 Décembre 1999, et le putain de bug de l’an 2000... Comment ça allait s’appeler ? Le Portail des Copains ? L’Autre Portail ? Ou les deux ? Ou Rezo (sans accent) ou Rézo (avec) ? Et pourquoi une grenouilleen logo ? Tenir face à l’adversité. Imaginer le nombre, et faire semblant d’être fort, nombreux. A eux les business plans, à nous les mauvais. BadBoys du Net et judokas du Rézo, guérilleros électron par électron, rester simple, faute de mieux : retourner les forces adversaires. S’appuyer sur elles. Les basculer. Les utiliser. Sur un même plan d’égalité : L’Autre Portail et Yahoo. Acrimedet Libération. Le Monde et Le Magazine de L’Homme Moderne. C’était ça. « Tchik-tchik-thack, my Boogie Man | Blue Black Jack », Mos Def ! Superstar ! Mélanger, Méler, Mailer, Lier. Front Uni des Désunis, le Portailouvre ! Le Portails’ouvre ! Le sous-monde est devant toi, camarade, cours [2].

1999. Et ces mails, par centaine. Ces mails d’engueulades à la noix entre gens d’un Mini-Rézo qui croyait mais ne pouvait. Depuis, les liens, les femmes et les hommes ont fait du chemin. Certains écrivent des livres, d’autres en vendent, il y en a un qui fait du surf en Bretagne ; d’autres emportés par des vagues lointaines ; et lui, croisé l’autre jour place de la Concorde, moto contre moto, tu deviens quoi ; et eux, journalistes schizo mais si-trop ; et eux, programmeurs plein de belle grammaire ; et lui toujours en galère qui ne parle à personne ; et elle, sentencieuse depuis qu’une radio lui a fait de l’écho ; et lui, génial, mais qui comprend toujours pas le html ; et tous ces vieux punks, ces toujours-Technos, ces futurs-Tout, ces amis et ces inconnus ; les morts de fatigue, les trompe-la-mort, les morts de trouille qui ne sortent plus de chez eux, y a plein de virus dans les rues, c’est bien simple, la rue est un Windows XP sans firewall. Guillermito, t’es où ? Oups. 1999-2004, on s’est perdu de vue, jamais revu, jamais remis. C’est du web comme on fait du Rock. Tout à fond. Quoi, à Matignon, elle travaille maintenant ? T’es sûr ? Et lui, « don’t push me cuz i’m closed to the edge », toujours là, au bord du précipice, un studio pour horizon ? Et voilà que Bill Gates est reçu pour nos cinq ans comme un chef d’État a Paris. On a perdu (heu ?).

1999-2004, et avant. Beauté de l’éphémère. Rudesse des corps. Raideur de la vieillesse. Splendeur de la barbarie. « Have Love Will Travel ». Société de contribution, royaume des menteurs, kitetoaet ki suis-je, tout automatique, ou faussement, rézo-consécration, rézo-secrets de fabrication, Coca-Cola, Mecca-Cola, Corsica-Cola, Rézo-Mets-toi-là ; des algorithmes pour classer les liens, du rythme pour les déclasser, brèves-articles, temps de lecture, le Portailest là. Cinq années. MySql. MyRepère.


Spéciales dédicaces à Pierre Lazuly, le plus vrai des menteurs et au Scarabée, le plus Arno* des dé-codeurs.


[1Dans le livre Spip, créez votre site communautaire, qui vient de paraître aux éditions Micro-Application, signé Perline, Fil, l’un des fondateurs de Spip écrit : « avant d’être le nom d’un système de publication, Spip était le voilier préféré d’un des membres du « miniRézo , un groupe informel de webmestres défendant la liberté d’expression sur Internet ». La boucle est bouclée.

[2Le lecteur curieux trouvera quelques explications sérieuses ici.

Messages

  • Le communiqué des cinq ans du Portail :

    CINQ ANS, DEJA !

    (19 novembre 2004)
    http://rezo.net

    C’était il y a tout juste cinq ans :
    http://www.menteur.com/chronik/991119.html

    Le « petit portail en bois » était né... Nous étions loin
    de penser que cinq ans plus tard, il serait toujours là. Plus
    « professionnel », plus sérieux peut-être, mais avec toujours
    le même esprit, les mêmes envies. On ne change pas tellement,
    en cinq ans.

    Alors, à l’occasion de ce cinquième anniversaire, nous avons
    voulu vous faire revisiter toutes les versions que nous vous
    avions proposées, au fil des années :

    Le premier Portail des Copains (novembre 1999 à février 2001)
    http://rezo.net/anniv

    L’Autre Portail (février 2001 à janvier 2004)
    http://rezo.net/lautre

    Le Portail de la Croissance (quelques jours, fin juin 2003)
    http://rezo.net/croissance

    Le Portail des Copains (depuis janvier 2004)
    http://rezo.net/rezo800
    http://rezo.net/large

    Et le livre d’or de ce cinquième d’anniversaire, sur lequel vous
    pouvez si vous le souhaitez déposer un petit mot :
    http://rezo.net/livredor

    Merci de votre fidélité et bonne visite de ce petit musée.

    A bientôt,

    REZO.

  • 1999-2000, découverte du Web, rencontres électroniques, le mini-Rézo, le Menteur, le Scarabée. Des icônes, des symboles, des souvenirs. On pioche.

    Avant les blogues, avant les bogues, il y avait des carnets à la main, des anciens à présent ringards . Il y avait MöngôlO et Philippe Lejeune, maintenant on a Mazaurette. Et on a tout perdu.

    2004, du HTML une bonne fois pour toutes, un squelette dans le placard, et l’écureuil fait tout pour « on ». Et on comprend plus rien à spip-dev.

    Gardez l’espoir, on vous lit, on vous lie, on les lit, on les écoute. Et on passe à l’action.

    On n’est plus anonyme, on crie dans le vide électronique, c’est la net-démocratie. Pas nette.

    Merci à tous, gardez courage, la relève est là. On a vingt ans.

  • Quand rezo s’est lancé, ça m’a permis d’être lu d’autres personnes que les potes ou la famille. J’étais fier. C’était du temps de feu l’Ornitho.
    Puis, avec Broc et d’autres, on s’est dit : puisque maintenant les grands ont un accès certains à plein d’information bien (centralisée qui plus est), pourquoi pas les gosses ?
    Et on a créé le journal de Victor.

    Aujourd’hui, grâce à Rezo, notre pingouin se glisse dans les salles de classe, se discute en famille, se trouve sur certaines étagères de CDI.

    Chaque semaine ou presque, des nouveaux abonnés (parents, profs, instits, etc.) nous découvre sur rezo.net.

    Face à l’organisation des ressources informatiques pédagogiques initiée par les mastodontes de l’édition (qui appartiennent majoritairement à Wendel Investissement, c’est à dire Sellières, ou à des marchands d’arme), Rezo permet à Victor le pingouin de montrer le bout de son bec, avec son information qui ne ressemble pas à de la vulgarisation de l’information officielle des grands !

    C’est peu et énorme à la fois, c’est en tout cas certain que la vitrine Rezo contribue fortement à la survie du journal.

    C’est pour ça que chaque semaine, je guette fébrilement si notre livraison du mercredi aura une bonne place sur rezo, simplement parce que depuis 3 ans 1/2 de livraison hebdomadaire, rezo est notre vitrine.

    Java

    Voir en ligne : Le journal de Victor

  • Vous êtes plutôt Yes ou Art Of Noise ?

  • A lire sur le livre d’or du rézo quelques explications du texte ci dessus... Notamment, le message de P« our autant qu’il m’en souvienne .... » signé GillesM, 19 novembre 2004, 18h14

    Voir en ligne : http://rezo.net/livredor

  • Cinq ans, et vous vous sentez vieux ? Bon, je parie que c’est de l’autodérision, mais au fond il y a du vrai dans votre arthrose. Dès qu’on fait un truc un peu réfléchi dans ce gros disneyland sanguinaire que le monde, on peut le dire, n’a jamais vraiment cessé d’être, on se sent vieux, dépassé, à côté d’la plak. "intempestif", à côté de son temps, comme disait Nietzche qui portait beau le balais brosse sous les narines.

  • Merci à davduf !

    barbarie.org revient très vite, + almanach, + résistant et + spip que jamais...

  • Encore... Encore... Lâchez pas le morceau.
    Vous êtes le seul moyen d’info alternatif et à rebours des "tendances". je vous lis je vous épluche je vous déguste et je vous diffuse à tous mes potes par mail. Et s’il n’y en a qu’un qui vous lit encore, il faut continuer rien que pour lui. Il vous aime.

brève histoire d’informatique (personnelle)...

En route !