Accueil

médiArmes

Le « médiagate » : Analystes, experts, médias et industrie de l’influence

Par Hervé Le Crosnier, 22 avril 2008 | 7804 Lectures

Au coeur de cette nouvelle démonstration des méfaits de
l’industrie de l’influence (qui regroupe la publicité, mais
aussi les « public relation », l’infowar et les pouvoirs
militaro-industriels) on trouve les « analystes » des médias.
Une catégorie particulière : les analystes et commentateurs
ne sont ni totalement journalistes liés par un code de
déontologie, ni totalement propagandistes patentés dont
on pourrait relier les paroles aux idéologies et aux
conflits d’intérêts.

L’article du New York Times résume une enquête approfondie, une
spécialité qui reste la gloire des journaux étatsuniens, et dont on
aimerait tant avoir l’équivalent par ici. Cette enquête s’appuie sur
l’examen de 8000 pages de documents et d’e-mails obtenus par une plainte
pour déclassifier des sources. Il démontre que les "analystes
militaires« des grands médias, qui viennent donner la »bonne parole",
faire des conjectures et assommer le bon peuple de leur « expertise »
étaient en réalité des pions au service du Pentagone d’une part et des
« consultants » auprès des entreprises du complexe militaro-industriel
d’autre part. A ce titre, les « analyses » et « commentaires » qu’ils
délivraient sur les ondes étaient à mettre en relation avec les immenses
marchés à gagner ou à perdre pour leurs commanditaires.

C’est ici le « médiagate » qui s’installe. Car, bien loin des quelques
lignes éparses publiées dans la presse française sur ce sujet majeur, le
NYT dénonce la complicité et l’aveuglement des médias qui avaient
engagés et payaient ces analystes. Y compris le NY Times lui-même qui
regrette certains éditoriaux de ces malfaisants.

Il n’y a pas de domination sans complices, et ceux qui aujourd’hui
rejettent toute la faute sur « le Pentagone » cherchent en réalité à
dédouaner leur responsabilité.

La « guerre psychologique » (psy-ops) est une stratégie pourtant connue,
commentée, on trouve même des manuels militaires, des documents émanant
du Pentagone pour la décrire. Dont ce fameux rapport "Information
Operations Roadmap" signé par Donald Rumsfeld, ministre des armées de
2001 à 2006. Rédigé en 2003 et rendu public en 2006 après une demande
au titre du « Freedom of Information Act » (on peut le lire à
http://www.gwu.edu), ce
document prévoyait de bloquer l’internet pour éviter la diffusion
d’informations contradictoires. Le même Rumsfeld n’hésitait pas à
menacer les médias en 2006 ("Any kind of moral and intellectual
confusion about who and what is right or wrong can severely weaken the
ability of free societies to persevere."
The Washington Post, 30 août 2006 -
http://www.washingtonpost.com)

Et pourtant, malgré cette connaissance des enjeux de la guerre
psychologique et des opérations ideologiques de l’armée, les médias
engageaient des « analystes », des « experts » sans se poser la question de
leurs liens avec l’appareil militaire et industriel. On leur demandait
de signer un simple document de « disclosure », sans enquêter sur leurs
employeurs et les intérêts en conflit avec la place propagandiste
déterminante qui leur est offerte.

Car ces « experts » ne sont pas ceux qui apportent des « informations »,
mais qui émettent le « discours » idéologique global, qui « interprètent »
les événements, du haut de leurs « connaissances », en général longuement
vantées auparavant par les présentateurs...

Mais qui sont ces expert(e)s ?

Ces experts, nous les connaissons aussi en France, ancien militaires
spécialistes de l’armée, consultant en sécurité spécialistes de la
tolérance zéro, « spécialiste » de ceci ou cela... Toujours les mêmes,
faisant la tournée des rédactions, ils ou elles interviennent dès qu’il
se passe un événement. On leur déroule le tapis rouge et on les laisse
pérorer. Mais qui sont-ils(elles) ? Qui les paye vraiment ? quels sont
les intérêts croisés entre leur domaine d’expertise, leurs sources de
revenus et le discours qu’ils prononcent ? Nous ne le savons jamais...
et pire, ce que semble montrer l’enquête du New York Times, c’est que
les médias ne se posent pas la question. Eux si prompt à salir les
militants et les activistes n’enquêtent même pas sur les « experts »
qu’ils commanditent ?

Oui, c’est un véritable « médiagate » qui s’ouvre sous nos yeux. Et c’est
maintenant qu’il faut porter le fer : qui sont les « experts » ? A quel
degré pouvons-nous croire ce qu’ils(elles) disent ? Pourquoi sont-ce
toujours les mêmes « experts », avec le même angle d’analyse ? Pourquoi
n’y a-t-il jamais deux « analystes » opposés ?

La guerre qui s’est installée en Irak a été le produit des mensonges
médiatiques (la fameuse affaire des « armes de destruction massive ») et
des commentaires récurrents par des analystes pousse-au-crime dont les
petites affaires dépendaient de leur pouvoir de conviction. C’est encore
et toujours « Tintin et l’Homme à l’oreille Cassée » ! Tintin reporter, et
nous sommes pourtant au 21ème siècle.

Mais que n’avez-vous encore rien dit messieurs les grands
éditorialistes de nos médias hexagonaux ! Où sont vos messages pour
regarder devant votre porte, examiner de près les intérêts de vos
analystes extérieurs ?

Car ce qui est vraiment en jeu, c’est le basculement de l’industrie de
l’information aux mains de l’industrie de l’influence.

Et ce n’est pas un mince enjeu, compte tenu des puissances inégalées
des « technologies de l’information et de la communication » et des
méthodes de l’influence. Le fameux « mur » entre les rédactions et les
services de pub est définitivement effondré, et la "connaissance fine
des usagers" transforme tout média en moyen de manipuler des lecteurs
plus ou moins consentants. Nous sommes au régime de la "publicité
comportementale", et nous voyons avec ce militaro-médiagate que
l’influence touche tous les terrains de la vie sociale, du nucléaire à
l’agriculture, de la gouvernance des villes à l’éducation, et jusqu’à la
question centrale de la guerre et de la paix.

Oui Messieurs des grands médias, nous attendons votre coup de
projecteur sur les conséquences de ces révélations du New York Times.
Qu’allez-vous faire ? Comment allez-vous rendre public les conflits
d’intérêts de vos analystes et experts ? Allez-vous chercher des experts
indépendants, des universitaires dont les laboratoires ne sont pas en
marché avec tel ou tel acteur du domaine d’expertise ?

Ou allez-vous à nouveau fermer les yeux ? Manier le cynisme de ceux qui
savent cela depuis si longtemps... ce cynisme qui n’est aujourd’hui que
le dernier rempart de celles et ceux qui ne veulent surtout rien changer.

Le cynisme n’est pas de mise : nous passons avec l’enquête du New York
Times de l’hypothèse à la démonstration... et ce n’est pas rien. Nous
laisserons-nous entraîner dans la prochaine guerre par ce même type
d’expert et d’analyste aux intérêts croisés ? Allez-vous, allons-nous,
rester complices de la désinformation et des opérations de guerre
psychologique ?

Il est temps de sortir le balai et de nettoyer, car les temps qui
viennent vont être difficiles. Nous avons besoin d’une information
crédible. Ce n’est pas le moment de démissionner devant l’industrie de
l’influence, mais celui de relever la tête.

Messages

  • Bonjour,

    Pas compris : c’est quoi exactement la référence « Tintin et l’homme à l’oreille cassée » ?

  • Que dire de plus ? peut être que non seulement le New York Time se réveille bien tard, mais que sa participation à la propagande étasunienne pour promouvoir la guerre en Irak fut majeure.

    Pour mémoire, cet article de 2003 signé Thomas Friedman, prix Pulitzer et chroniqueur libéral au NYT, visant à salir les pays s’opposant à la guerre au Conseil de sécurité de l’ONU, avec au premier rang devinez qui ?

    Voir en ligne : « Our War With France »

  • malgré la pertinence des propos tenus, l’article manque quelque peu de clairvoyance.

    En effet, comment demander à des journalistes (au sens le plus large de ce qui regroupe cette profession aujourd’hui) d’adopter une attitude « libre pensante » (au sens propre) alors qu’ils sont tributaires, pour la plupart, des mêmes commanditaires qui envoient leurs experts en mission à la télévision ?

    La question des conflits d’intérêts n’est pas posée, c’est dommage.

    Voir en ligne : Désinformation ou propagande

  • Bonjour,

    Merci d’avoir commenté mon message.

    Quelques réponses :

    • dans Tintin, le marchand d’arme va voir les belligerants et provoque une guerre en déclarant des bêtises dans les journaux des deux pays... pour mieux vendre ses canons.
    • le NYT est un « journal », au sens où il n’est pas l’expression d’un groupe ou d’un parti ayant une vision unique et unifiée du monde. Donc il y a eu évidemment des articles pro-guerre. Mais quand le NYT a découvert des cas de manipulation, il a réagi en virant la journaliste concernée, en mettant la manipulation sur la place publique.

    Je ne crois pas qu’il faille attendre des journaux une « ligne », mais de l’information et des analyses indépendantes... Or ce qui est en jeu, par la multiplication des « experts » et autres « analystes », c’est la consruction d’un discours idéologique capable de masquer la recherche de l’information.

    Soit on considère que cela a toujours été le cas (c’est certainement un peu vrai), soit on considère que cela sera toujours (là encore, on a des chances d’être dans le vrai)... soit on consièdre que ça vaut le coup de saisir chaque moment d’informaiton réelle pour dégager l’information de l’influence. C’est la voie périlleuse : on a beaucoup de chance de ne pas gagner... mais si on ne saisit pas ces moments, on accepte d’avance le triomphe de la manipulation militaro-industrielle.

    Cela fera toujours bien dans les salons de dire « je vous l’avais dit » quand la guerre connaîtra une nouvelle poussée mondiale, adoubée par les journaux manipulés volontaires. Mias si j’ai ne serait-ce que le quart du dizième d’une chance de faire bouger les lignes, je suis preneur.

    Pas de défaitisme : l’exploitation et le militarisme sont anciens, mais c’est parce qu’il y a toujours eu des personnes pour y résister que l’on a pu avancer.

    Les enjeux à venir sont devenus plus intenses parce que les moyens de destruction d’une part et d’influence de l’autre sont devenus plus forts.

    Quant à mon interlocuteur qui ne trouve pas dans l’article de mention des « conflits d’intérêt », je lui suggère de le relire à tête reposée. Ce n’est pas une thèse sur le journalisme, concernant tous les domaines, mais un article sur un point précis, sur d’une information précise que j’ai simplement cherché à disséquer et commenter.

    Ne baissons pas les bras devant l’industrie de l’influence... Le cynisme ne sert à rien. Je suis loin d’être « angélique », simplement je crois que le mot d’ordre des militaires et des industries est devenu « Give war a chance » depuis l’an 2000... et je veux juste mettre mes faibles forces pour résister à cette ré-organisation du monde autour du militarisme.

    • Il n’y a pas de domination sans complices, et ceux qui aujourd’hui rejettent toute la faute sur « le Pentagone » cherchent en réalité à dédouaner leur responsabilité.

      Oui, Hervé, il n’y a pas de domination sans complices ! Et il n’y a pas de domination médiatique sans la complicité des lecteurs, des auditeurs, des spectateurs qui persistent à consommer les médias de masse alors même que leur faillite journalistique est connue et démontrée. Relire Les nouveaux chiens de garde d’Halimi, ou repenser à Patrick Poivre d’Arvor et sa pseudo interview de Castro, par exemple.

      Je ne crois pas qu’il faille attendre des journaux une « ligne », mais de l’information et des analyses indépendantes...

      Ça, c’est un contresens. Par définition, un média se définit par sa ligne éditoriale. Tu ne peux pas attendre d’une rédaction qu’elle travaille sans cadre, et la ligne éditoriale participe de la définition de ce cadre. En revanche, je te rejoins pour dire que le rôle idéal, celui-là même que tous les journalistes ont l’obligation de tenir, est celui de fournisseur d’une information soigneusement vérifiée et d’une analyse élaborée indépendamment des pouvoirs. Il existe d’ailleurs des textes explicites à ce sujet : les chartes du journaliste... dont la difficulté d’application est reconnue.

      Car ce qui est vraiment en jeu, c’est le basculement de l’industrie de l’information aux mains de l’industrie de l’influence.

      Le jeu est terminé. L’industrie de l’information est une industrie : son but n’est pas l’information mais la rentabilité financière à tout crin, y compris au prix du déni de la fonction d’information. Les grands médias vivent des investissements financiers de leurs actionnaires et de la publicité achetée par leurs annonceurs à qui ils sacrifient leur liberté éditoriale. Les journalistes sont mis sous pression pour “produire du scoop”, ils deviennent ainsi des candidats idéaux pour la manipulation. Même leur formation tend à faire d’eux des pions aux ordres plutôt que des Albert Londres : Les Petits soldats du journalisme de François Ruffin en parle très bien.

      Si le NYT est moins déplorable que d’autres journaux (qui a dit Le Monde ?-) parce qu’il sait se remettre en cause publiquement, il n’en est pas moins tributaire de ses annonceurs et de ses journalistes.

      Et ce n’est pas un mince enjeu, compte tenu des puissances inégalées des « technologies de l’information et de la communication » et des méthodes de l’influence.

      Contrairement aux époques précédentes, l’usage de ces puissances inégalées n’est plus réservé aux seuls détenteurs des positions de pouvoir. Les technologies infocom sont accessibles à un très grand nombre d’individus qui se trouvent potentiellement en situation non plus de consommer mais d’agir, de participer voire de publier de l’information fiable.

      Il est temps de sortir le balai et de nettoyer, car les temps qui viennent vont être difficiles. Nous avons besoin d’une information crédible. Ce n’est pas le moment de démissionner devant l’industrie de l’influence, mais celui de relever la tête.

      Oui, dix fois cent fois oui. Il faut relever la tête (merci à toi, Hervé, de la tenir haute). Et nous pouvons nous donner les moyens d’une information crédible. Pour cela, nous devons cesser de consommer les médias dont nous savons qu’ils ne le sont pas :

      • La télé nous ment ? Cessons de regarder la télé !
      • Les journaux vendent des audiences aux annonceurs au lieu de vendre des informations et des analyses indépendantes à leurs lecteurs ? Cessons d’acheter les journaux !
      • Les grands sites web d’information se coulent dans le même modèle ? Cessons de les consulter et d’utiliser leurs services !
    • Cesser de consommer n’est qu’une réaction...La Solution reste à Trouver ! Ensemble ?

Zaléa Télé (libre) : Dissolution !

En route !

« Requiem pour Beslan », interview avec Yulia Yusik

En route !

La Lettre volée [l’affaire des besitos]

En route !