Ubuntu

De Mac à Linux, épisode 1 : Parce qu’il n’y a pas d’alternative.

Il y a cinq minutes, la commande est passée. Un PC sans Windows. Adieu Mac, après 30 ans ; finie la prison dorée Apple. Premier épisode d’un converti à Ubuntu.

Sélectionnez un passage du texte et twittez-le directement

En 1999, j’avais passé un week-end entier à installer Linux sur mon ordinateur. Nous en avions fait trois pages dans Libération. C’était l’époque, que voulez-vous... On s’amusait bien au « Cahier Multimedia ».

Je me souviens des illustrations, surtout. On voyait un nerd s’arracher les cheveux et son cendrier se remplir au fil des heures.

Peu après, j’avais reformaté mon disque dur et remis Linux à plus tard.

Depuis ces années là, je lorgnais sur Ubuntu et les autres, sans m’y mettre. Sans m’y résoudre. Manque de temps, de courage surtout. Sur Ubuntu Fr, mon profil, créé il y a... dix ans jour pour jour, ou quasi, trahit mes valses hésitations.

Cette fois, c’est fait. Il y a quelques instants, j’ai enfin franchi le Rubicon. Adieu Apple. Dégage. [1]

Et c’est évidemment de politique dont il est question ici.

De politique pure. De choix des armes. De construire notre monde de demain, maintenant.

Après des années à frayer dans l’open source, à le soutenir comme je pouvais, 2016 a sonné comme l’année du sursaut, à appeler mon entourage à se dégoogliser. Ça suffit de transformer ma maison en Apple Store. Ça suffit d’être comme en batterie de poulets déplumés, lors des rencontres et des réunions avec d’autres Mac. Ça suffit cette tyrannie du cool des Salley de la Vilicon,

Après cinq années de bons et loyaux services, mon MacBook Air commençait à en manquer (de souffle). J’avais attendu la sortie des nouveaux portables Mac quand l’immense déception s’est abattue, comme sur toute la « communauté » Mac, qui continue à s’auto-proclamer telle, en souvenir des vaches maigres de la fin des années 1980... Je lisais les circonvolutions d’un Mac Génération pour se faire croire que la Touch Bar allait sauver le genre humain. Je regardais des vidéos qui comparaient... les bruits du clavier. Je goûtais les avis partagés sur le montant de l’arnaque et jusqu’où nous étions prêts à payer notre Apple-servitude. Je sombrais dans la folie de l’addict.

Apple et son eco-système fermé, Apple qui nous pousse à nous mettre nous-mêmes les menottes (iCloud), Apple qui rend son (superbe) OS de plus en plus fermé, Apple et sa vision GAFA du monde, Big Data is Big Brother.

Alors, depuis un mois, je guette les trucs et astuces Linux. Je guette les trucs comment passer du Mac à Ubuntu ? Comment passer d’une vie numérique à une autre, comment conserver mes milliers d’heures de musiques, de souvenirs, de photos, de courriels, sans trop de difficultés.

Depuis un mois, je sais que ce sera dur, à la hauteur de ma dépendance. Mais je sais qu’il n’y a pas d’alternative autre que l’alternative : l’heure est venue de tenter d’être en accord avec soi-même, en s’arrachant à ce qui était devenu un piège.

La suite, à la réception de la bécane.

Le feuilleton de Mac à Linux

Épisode 4 : démolition totale (et bilan final)
Épisode 3 : une véritable (é)migration.
Épisode 2 : les dix premiers jours.
Épisode 1 : parce qu’il n’y a pas d’alternative.


Extases et découragements. Excès de confiance et bonheur total. Retour sur les premières semaines post-Mac. La suite, c’est ici : http://www.davduf.net/de-mac-a-linux-suite-2-les-dix-premiers-jours


[1Pour la petite histoire, j’ai pris un Dell XPS 13 avec Ubuntu dessus. Pas question d’acheter un PC avec Windows.


Vos commentaires

  1. Jean-F

    Bienvenu au pays des pommes pas très rondes, pas très brillantes, mais tellement savoureuses !
    J’avoue que laisser tomber la lourde limousine et ses cuirs capiteux est courageux.
    En revanche, une ballade à la campagne sans limite de chemins de traverse, rend très vite addict.
    J’ai toujours mon dual boot windows 7, mais il ne me sert plus du tout…
    Je le garde comme un ancien fumeur garde un vieux paquet de cigarettes dans un tiroir pour se rassurer en cas de rechute. Mais en fait, le peu de fois ou je l’ai relancé (pour raisons de gaming), je n’avais qu’une hâte :
    retourner sur mon Ubuntu familier.
    Faut croire qu’avec le temps, le tabac sèche et devient infumable…

    1. davduf

      Marrant que vous souleviez la question Facebook. Hier encore, lors d’une présentation de notre jeu documentaire à collectionner horsjeu, j’expliquais par le menu en quoi le Monstre Bleu était une menace, entre autres, pour la création.

      Maintenant, il s’agit d’un choix individuel. A chacun de décider s’il veut être sur FB (pas mon cas) ou s’il veut utiliser des disconnect.me de ce monde :-)

      Sinon, plutôt que Diapora, j’ai un faible pour SeenThis :-)

  2. Pierre

    Sans vouloir lancer ici le débat sur la meilleure "distrib’", depuis quelques temps Linux Mint semble avoir ravi à Ubuntu le titre de distribution la plus "user-friendly"...

    A titre personnel, je l’utilise et j’approuve.

    1. julien

      Salut, bon courage mais saches que tu n es pas seul, y a plein de linux user group partout en France qui t’aideront dans ta desintox :)

      Pour la photo darktable !

      Linux is the way

      1. davduf

        Merci !

        Vous êtes plusieurs à citer darktable pour la photo. Je vais donc regarder de ce côté ci. Ce que j’aimerais, c’est pouvoir récupérer les tris, des années de tris, effectués sur iPhotos puis Aperture puis Photos sur Mac. Vraiment pouvoir opérer une transition...

        Hélas, je crois que Photos (Mac) ne prévoit aucun export XML ou autres...

        Des idées ?
         :-)

  3. obrow

    Bravo, c’est une belle initiative ! Quelques conseils de logiciels :
    Montage vidéo et 3D. Blender. On y pense pas toujours pour le montage vidéo mais il marche très bien. De plus le xps vient avec une carte nvidia qui permet l’utilisation de CUDA pour accélérer le rendu.

    Pour les screenplay, un nouveau venu qui semble prometteur. Manuskript Je ne le connais pas mais ça à l’air cool. C’est un équivalent à Scrivener.

    Enfin pour les gens qui écrivent beaucoup et qui veulent gérer leur vie entière dans un seul fichier... il y a mon logiciel préféré (le meilleur du monde). Orgmode qui est un mode Emacs. Pour celui là, la courbe d’apprentissage peut être rude mais c’est pour devenir un Jedi du mode texte.
    Des formations sont possibles sur Paris. http://orgmode.org/fr/
    Voilà, je n’ai pas cité les plus connus mais ceux qui permettent une grande productivité moyennant parfois peut être une plus grande implication.

    1. davduf

      Merci pour tout ça !

      J’avoue que le portage sur Linux de Scrivener, mon logiciel fétiche, dont je me sers chaque jour pour chacun de mes projets, explique une partie de mon retard pour le passage. Après quelques tests, il semble que ça tourne bien. Soit la version Linux, soit la version Windows sous Wine.

      Maintenant, je vais aller voir ce Manuskript dès que possible.

      Merci encore !

      1. obrow

        Oui, je ne sais pas si le projet Manuskript tient la route car il n’a pas été mis à jour depuis mars mais c’est à suivre.
        Pour le montage et effets spéciaux Blender est vraiment remarquable. Lien vers un super tuto : https://www.youtube.com/watch?v=xSGIPmQdV6M

        Sinon vraiment si tu manipules souvent du texte, orgmode peut paraître brut comme ça mais te permettra de faire tout ce que tu veux y compris écrire un livre en te concentrant sur l’essentiel. Tu pourras ensuite, en une commande, l’exporter en LaTeX (pdf), html, Twitterbootstrap, docx, epub...
        Mais en plus il te gérera taches, agenda, contextes, projets, priorités. Bref le slogan est : "Your life in plain text" . L’apprendre est un investissement pour la vie !
        Un lien intéressant sur l’écriture d’un bouquin : https://awarewriter.wordpress.com/2012/03/04/org-mode-for-writing-structure-focus/

  4. Chemel

    Je vote aussi pour Linux Mint, seulement parce que j’aime pas le Unity Launcher d’Ubuntu =)
    Si d’autres comme toi veulent sauter le pas, niveau hardware je recommande les laptops LDLC (Clevo) sans OS, très bonne perf, bon ratio prix/composants, je n’ai jamais eu de problème avec.

    1. dd

      Plutôt que LDLC qui n"a pas beaucoup de choix et ne connaît pas Linux je recommande pcw.fr. Très bons portables sur mesure et bon service.
      Cela fait 15 ans que je suis sur Linux exclusivement ; tu verras le chemin est quelquefois sinueux mais plein de jolies découvertes inattendues.

      Et pour un téléphone portable libre je cherche encore...

  5. Siphon

    Propriétaire d’un MacBook "noir" de 2006 (putain, 10 ans !), j’ai assez vite été confronté aux limites du système à la pomme - notamment l’impossibilité de mettre son système à jour au bout de quelques années, car cet appareil n’accepte pas les versions d’OS X supérieures à 10.5 . Passage à Linux obligatoire donc, sauf à flanquer à la benne une bécane en parfait état de marche. Ça fait donc 4 ans que l’engin tourne sans problème sous LinuxMint, pour une utilisation professionnelle et donc quasi-quotidienne.

    1. Ben

      10.6 Snow Leopard le macbook noir et avec une bidouille il y avait même moyen d’installer 10.7 Lion, j’avais ce mac, qui tournait très bien avec un petit SSD. Après la bécane a quand même plus de 10 ans, y a un moment où effectivement la config fait défaut et Mint est effectivement une très bonne solution.

  6. Winael

    Bonjour,

    Bienvenue dans la grande famille Ubuntu. Si la migration totale vers Ubuntu est réussie, on peut compter sur vous pour un retour d’expérience lors d’une Ubuntu Party ? ;)

    Sinon n’hésitez-pas à solliciter la communauté francophone qui est assez réactives, voire si vous êtes parisien, à venir nous rencontrer, ça nous ferait très plaisir.

    Amicalement

    1. davduf

      Merci, merci :-)
      Je vis loin de Paris, mais j’y passe assez souvent... Ce serait un grand plaisir de vous faire un retour de vive voix.
      Et ça fait bien dix ans que j’ai un compte en sommeil sur les forums de Ubuntu-Fr :-)
      Merci encore !

  7. Neous

    Bravo ! Inspirant et qui vient donner encore plus de coffre à la petite voix tu-emmerdes-tout-le-monde-avec-les-dangers-des-gafa-mais-t-as-un-gmail-et-un-mac-book (de petite, la voix va devenir tonitruante...).

    Une question, qui me retient de basculer : pour tout ce qui concerne le travail de l’image (photo, montage, VFX), tu penses pouvoir bosser sur Ubuntu ? Ou ça oblige à avoir une autre bécane dédiée à la maison...?

    1. davduf

      Clairement, lors de mes formations depuis deux ou trois ans, face à des étudiants ou des pros, je sens le fossé : tenter d’ouvrir les esprits à une dé-Gafaisation avec un MacBook à peine camouflé sous des autocollants. D’où mon choix de passer à l’acte, enfin.

      Pour la vidéo, je ne fais que des choses en amateur. Mes films et autres sont confiées dans des mains autrement plus expertes.

      Eventuellement, si quelqu’un connait un programme Linux capable de récupérer des projets Final Cut X, ce serait top !

      Merci encore !

  8. Xavier

    Bonjour !

    Je ne peux qu’encourager ce choix ! Cependant, après plus de 12 ans sous Linux (en single boot), je compte passer chez Apple... C’est pas avec joie, mais comme vous le dites, "il n’y a pas d’alternative"...

    Hélas, dans mon travail quotidien, je me vois contraint et forcé d’utiliser la pomme pour diverses raisons.

    En tant que développeur d’installations interactives, j’ai recours à des logiciels n’existant que sous MacOS (millumin, madmapper, etc.). De plus lorsque je dois développer des applis pour iOS, je ne peux évidemment le faire qu’avec MacOS.

    Ressortir mon vieux Mac Mini qui traine pour faire les différents tests de compatibilité devient fasitideux et chronophage.

    Bref, c’est dépité, mais pragmatique que je m’apprête à passer sous MacOS.

    Vous me direz "pourquoi ne pas créer des outils équivalents sous Linux !", et bien, en tant que contributeur open source sur de nombreux projets, je n’ai simplement pas le temps humain de contribuer à encore plus de projets.

    Donc c’est un peu triste que je m’apprête à quitter Linux pour MacOS. (Surement sous la forme d’un Hackintosh).

    Bonne journée,

    Xavier

  9. Sam

    D’abord je n’aime le terme "converti" dans votre article. GNU/Linux n’est pas une religion et nous n’avons pas de gourou. Même Stallman est un simple hacker qui n’a pas inventé le libre, mais qui a réussi à le faire perdurer avec la FSF et la GPL, puisqu’il faut rappeler ici à ceux qui n’ont pas eu la chance de connaître cette glorieuse époque, qu’au tout début de l’informatique, le code source était fourni d’emblée avec les binaires. Ce n’est qu’à l’arrivée de Gates et de Jobs, début 80, que les industriels ont commencé à cacher les choses. De la même façon, le terme GAFA est dépassé depuis belle lurette. Le terme GAFAM, incluant microsoft, est désormais la norme. Pour un journaliste apparemment spécialisé, c’est un oubli assez grossier.
    Pour le reste, je vous souhaite bonne découverte et bon courage. Il est clair qu’on ne quitte pas un monde de drogués sans y mettre du sien, et le plus dur n’est pas d’entrer chez apple : c’est d’en sortir, et de récupérer ses données !

    1. davduf

      Oh, oh... Un peu de mauvais esprit. Bien, bien, bien...

      Converti, ici, est à prendre au sens strict : Amener quelqu’un à adopter une opinion, un parti qu’il repoussait jusqu’alors ; rallier : Finalement, je l’ai converti à notre projet de voyage.
      Rien à voir avec la religion, donc :-)

      Pour les GAFA ou GAFAM, je sais bien, tout le monde sait bien. Il se trouve juste que GAFAM reste moins employé que GAFA, par le grand public. Or cette série d’articles s’adresse plus à lui qu’aux convaincus. A ce sujet, sachez que même l’acronyme GAFA, en Amérique du Nord où je vis, n’a pas la même popularité qu’en France...

      Pour Stallman, si vous saviez, vous seriez surpris...

      Allez, restons de bonne humeur. A la revoyure !

      PS : Ah, au fait, je ne suis spécialisé en rien. Pas même en journalisme.

  10. Gojul

    Félicitations, et tu verras que grâce à Valve tu peux aussi jouer sous Linux. Alors je sais c’est proprio et tout ça mais les jeux sont une des raisons qui retiennent beaucoup de monde de passer à Linux. Et pour être honnête ça marche du tonnerre.

    Je préfère avoir un bureau à 99% libre qui tourne du feu de dieu, quitte à filer un coup de main à la communauté Nouveau quand ils ont besoin de dumps, plutôt qu’un bureau 100% libre qui ne marche pas. Cette dernière attitude, certes compréhensible, nuira à Linux aux yeux du béotien... et c’est triste mais il se fout complètement de sa vie privée.

  11. Vincent

    Aaaaah Ubuntu.... J’y traîne (ou plutôt y ais trainé) mes guêtres depuis à peu près son lancement, j’ai toujours un dual boot sur un vieux portable...et contribué à la mesure de mes moyens à la communauté, parmi d’autres...

    Malheureusement, je suis confronté aux même problèmes que NEOUS ou XAVIER.... Je n’ai pas réussi, même en pressurant le GIMP autant que je pouvais à l’époque, à approcher les rendus que je recherchais en traitement d’images. La gestion du bruit dans les basses lumières, par exemple. Photoshop, avec quelques scripts maisons et un ou 2 plugins sortis de sous une armoire, faisait tellement mieux...Quand à la calibration d’une chaîne graphique, (liaison colormunki/3600/7600) idem, je n’ai pas obtenu des résultats satisfaisants...

    Alors si un photographe qui bosserait sous Linux passe par là et à résolu, je ne demande qu’à être convaincu !

    Ceci étant David, je trouve ta démarche super ! Tout ce qui pousse dans la bonne direction est bon à prendre ! Bon courage à toi, et je vais suivre avec intérêt ce que tu vas nous pondre en grattouillant le sujet...

  12. Samuel

    J’envisage le même chemin, mon MBA de 2011 souffle comme un phoque dès que je lance le moindre logiciel, ventilo permanent.
    J’envisageais bêtement de passer sur PC jusqu’à lire ce post. Encore plus n00b que toi, j’ignore vraiment tout du monde linux et ne sait rien faire d’autre que de la bureautique. Je serai donc preneur de tes impressions. (Et si tu as vu une vidéo explicative pour les grands grands noobs - ou si tes lecteurs aussi - pourriez-vous me la partager ?
    merci !

    1. Ben

      J’utilise en seconde machine un macbook blanc de 2009, 8 go de ram et SSD, il tourne sous El Capitan et est parfaitement réactif. Le soucis du MBA, c’est que tu dois avoir 4 go de ram seulement, et si t’es passé à Sierra, il doit mouliner effectivement. Je supporte pas ces bécanes qu’on ne peut pas ouvrir. Il me semble cependant que sur certains MBA on pouvait changer le SSD et ajouter de la ram, je sais plus...

  13. Cooltrane

    Salut et bravo !
    Maintenant que le choix est fait, il va falloir assumer les conséquences, voir ce qu’est l’interopérabilité et ces enjeux (des donées nous appartenant enfermées dans des formats proprio/non standards).
    le plus dur dans la conversion, c’est la confrontation au choix, immense, de tous les éléments de son OS. À commencer par l’environnement de bureau, votre réponse quand on parle de remplacer unity typique de cette difficulté.
    Unity est un environnement de bureau, fait par canonical pour la distribution Ubuntu et installé par défaut, mais on peut en choisir d’autres, avec des look, des interfaces et logiques utilisateur complètements différentes, et pourtant ça reste un Ubuntu.
    On peut citer les classiques, gnome, kde, xfce mais il y en a plein d’autres, bien plus productifs et ergonomiques selon moi, les tiling window manager comme awesome, monad ou i3.
    Mais il n’y a pas de réponse universelle en disant que celui-ci est meilleur que celui-là pour votre usage, ils sont libre et gratuit, il suffit de lancer apt install ...
    le choix perd la plupart des nouveaux venus, mais une fois dépassé, la liberté et la maîtrise de son système acquis, sont un tel plaisir.
    Bon courage, et encore bravo pour ce choix.

  14. Cooltrane

    J’ajoute une autre grande difficulté des nouveaux : accepter d’apprendre les bases du Shell et autres outils en mode texte. Ils ne sont pas indispensables, mais tellement dans l’ADN des unices (tout est fichier et donc texte) et tellement plus puissant et clair que n’importe quelle interface graphique, que pour maîtriser au delà du joujou son système GNU/Linux et de façon efficace sur le long terme, ça me paraît indispensable, le plus tôt on s’y met, le plus tôt on découvre sa puissance et on l’apprécie, le mieux c’est.

    C’était mes 2 cents, ceux d’un "vieil"’admin Linux barbu.

  15. Loiseau2nuit

    Bienvenue dans le monde merveilleux du pinguin :)
    Mais si j’étais toi je passerais bien vite sous Linux Mint ! Bien mieux ! Bien plus stable !
    En fait c’est Ubuntu mais sans les bugs ni la gestion désastreuse des dépendances inter-paquet. le switch devrait être rapide à faire ;)

  16. eyome

    Bonjour,

    Je suis méchamment à la bourre sur ce topic mais comme on dit "vieux motard que jamais".
    Gnome est une interface que j’apprécie beaucoup, étant utilisateur de Gnome depuis la sortie de sa version 3 (avec Arch Linux par contre, mais bon...). Je me permets de poster ici parce que j’ai installé récemment pour un ami ElementaryOS, et je trouve que pour les débutants sur Linux, c’est particulièrement adapté. C’est beau, très réactif, très intuitif, reprenant le design de MacOS mais en le rendant bien plus simple, bien plus agréable. Bref, une grosse réussite (et j’étais pourtant pas du tout convaincu au départ, loin s’en faut).
    La base logicielle est celle d’Ubuntu, ce qui ne devrait pas te dépayser.
    Bref, voilà un post pour faire la pub d’une distrib que je n’utilise pas, mais dont je te conseillerais d’y jeter un oeil, un live usb est si vite créé, encore une des joies du libre que tu sembles apprécier à sa juste valeur ;-).

    A+, ami libriste, et merci pour ton témoignage.

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.