Du Mac à Linux, épisode 4 : bilan final

7 mois sont passés, c’est l’heure du bilan. La migration est totalement achevée. Revendiquée. Bouleversante. Ce fut parfois dur, parfois désespérant, parfois à la rupture, mais c’est fait. Bien fait. Il n’y aura pas de retour en arrière. Une dé-li-bran-ce.

Sélectionnez un passage du texte et twittez-le directement

Il y a trois mois, après le passage à Linux quatre mois plus tôt, j’hésitais. Mon vieux Mac me faisait à nouveau de l’oeil. Ou plutôt : mon petit confort d’antan me narguait. Les quelques ratés de la migration, résolus depuis, devenaient des montagnes. J’étais triste, obessédé, de sale humeur.

Puis, les solutions sont arrivées une à une ; la solidarité linuxienne, et le soutien de mes proches, ont fait le reste.

D’une certaine façon, les imperfections de Linux sont apparues pour ce qu’elles sont, son charme, le signe d’une liberté : il n’y a pas de carcan, mais un chaos qui s’organise, la mise en place d’une alternative qui ne se dompte pas. A mi-parcours, il y avait une incompréhension : pourquoi tout ne marche pas partout comme partout ? Pourquoi les préférences d’une app sont ici ou là, rarement dans le même menu. Je regrettais le confort du Mac, qui impose sa vision. Quand, justement, je compris qu’il s’agit précisément de ça : une dictature graphique, une obligation visuelle (brillante, certes, mais unilatérale). Et, soudain, je me mis à sourire devant l’anarchisme de Linux : options, préférences, configurations, on joue à cache cache avec les possibilités, on tente de se mettre dans l’esprit des développeurs et puis, si on est pas content, on change tout car on peut tout changer sur Linux. Et adapter sa machine à son bon vouloir et à son bon plaisir.

7 mois sont passés et c’est aujourd’hui la dé-li-bran-ce. Chaque nouveauté est un cadeau, toute mise à jour le fruit d’un travail magnifiquement désintéressé ; vie privée et échanges libres, au coeur du dispositif.

Petite revue de détails d’une révolution qui n’attend que vous :

Et la Fedora arriva (ma distribution Linux)

Finalement, invité par certains ici, j’ai opté pour la distribution Fedora en lieu et place d’Ubuntu. J’ai retrouvé dans sa communauté d’utilisateurs la même franche envie de venir en aide. Quelque chose de rare, de précieux, qui donne furieusement envie de se rendre aux Rencontres Mondiales du Logiciel Libre (RMLL) de St Etienne.

Environnement graphique

Ayant choisi l’environnement graphique Gnome, j’ai opté pour un maximum d’applications intégrées (i.e : qui se marient avec le visuel Gnome).

Applications Mac « ― » Linux

Mail est devenu Thunderbird avec un thème graphique de toute beauté (sur les conseils de Dimitri ici-même). A noter que Thunderbird fonctionne aussi sous Mac. On peut importer ses emails de Mail et sauvegarder le tout, avant migration.

Safari a laissé sa place à Chromium (version Chrome sans les googleries)

La suite bureautique Office est devenue LibreOffice. Pour les textes longs, je prends parfois une alternative, AbiWord, moins gourmande en ressources ordi.

Scrivener Mac est devenu Scrivener Linux.

Skype fonctionne fort bien sous Linux (version Beta), - même si appear.in me semble plus rapide et surtout moins fouineur sur la vie privée.

Pour l’agenda et les contacts, adieu iCal et Contacts (Mac) pour le calendrier et le carnet de contact intégrés à Gnome.

Keynote : c’est le seul accroc. Pour l’heure, j’utilise... Keynote en version en ligne, sur le serveur iCloud (Apple). Une version gratuite, 100% équivalente à la version desktop, en attendant de trouver mieux.

iTunes a été brillamment supplanté par RhythmBox. Au passage, l’importation de milliers de chansons s’est déroulée comme un charme (genres, artistes, albums : tous reconnus ; pour les playlists il faut recourir à un peu de gymnastique).

iMovie ou Final Cut (en version montage de films de base) ont pour équivalent Pitivi. Pour le montage pro, clairement, ça ne me semble pas encore ça (lire le forum ci-dessous, qui apporte un démenti à cette vilaine assertion)

Pour les photos, pas encore eu le temps de migrer ma collection Photo (Apple) sur mon Linux. J’envisage ShotWell. Je suis toute ouïe :-)

Pour le FTP, FileZilla est passé du Mac à Linux sans ombrage.

Notes est devenu SimpleNote (un service des gens de chez WordPress). SimpleNote fonctionne sur Linux, Mac, iOS. Ce n’est pas l’idéal : les notes ne sont pas cryptées, et transitent par les prétendus nuages. C’est pour l’heure une solution de transition. Standard Notes, libre et crypté et plusieurs fois conseillé ici bas dans els commentaires :-)

Evernote : les versions Linux en local semblent encore quelque peu poussives. La version en ligne fonctionne à merveille. Rien de particulier. Il existe des alternatives Linux à Evernote. Ce sera pour plus tard.

En remplacement de TextExpander (ou des snippets d’Alfred) sous MacOs, j’ai choisi AutoKey-py3.

Le lanceur Alfred est devenu Albert, son alter ego libre et fier de l’être.

Transmission Mac et Transmission Linux torrentent aussi bien l’un que l’autre.

A vous de jouer. Lancez-vous. Libérez-vous, bon sang.

<article1717|texte>


Vos commentaires

  1. Le Monolecte

    Scrivener pour Linux est problématique parce qu’il n’est plus maintenu et qu’il va donc cesser logiquement de fonctionner lors d’une mise à jour du système ou autre. J’ai proposé plusieurs fois que rendre Scrivener pour Linux payant, histoire de rémunérer des dev, mais non.
    Par contre, pour les notes, j’ai opté pour Standard Notes, qui est crypté https://framalibre.org/content/standard-notes

    Il y a aussi Lifeograph qui est puissant, crypté et journalisé : https://framalibre.org/content/lifeograph

    Si tu dois aussi modifier de grandes quantités de textes et/ou code, le meilleur éditeur de texte, c’est Sublime Text 3, vraiment très puissant.
    Pour le montage, je préfère Open Shot.
    Sinon, toujours pour la rédaction, j’ai opté depuis longtemps pour le MarkDown et dans cette catégorie, j’adore Typora !

    N’hésite pas à demander !

    J’utilise les deux en parallèle.

    Sinon, l’idée de renoncer à Linux après 12 ans d’usage m’est assez intolérable…

    1. davduf

      Pour Scrivener, ne parle pas de malheur ! Je ne peux vivre sans. Pour l’heure, des bricolos ajoutent ce qui manque lors des mises à jour... Restera aussi l’option Wine, en simulant la version Windows de Scrivener... Mais quel grand malheur, ce serait :-)

      Sublime Text et OpenShot en test, merci à toi !
      Standard Notes déjà adopté...

      Merci !

      1. Le Monolecte

        Bon, pour Scrivener, je vais compter sur tes tuyaux bricolos, mais je me tiens prête à une migration pour la prochaine version LTS d’Ubuntu, en avril 2018. Mais il est certain que Scrivener n’a aucune alternative sérieuse.

        Sublime Text 3 demande une petite prise en main, parce que c’est un gros couteau suisse, mais avec les bons plugins, c’est un outils très efficace. Un truc que j’adore : faire un chercher/remplacer massif sur tous les fichiers d’un dossier… je ne sais pas si tu vois le truc trop pratique.

        Pour la gestion des photos… j’en ai beaucoup, beaucoup, beaucoup et j’ai laissé tomber Shotwell (qui m’a déjà pourri l’indexation lors d’une mise à jour) pour Digikam dans lequel tu peux activer des outils de retouche simples, mais efficaces et qui permet vraiment de t’y retrouver dans ta masse de photos. Pour le développement photo (si tu bosses avec du raw, mais pas seulement), j’ai adopté Darktable.

      2. Le Monolecte

        Sinon, y a aussi de petits logiciels pratiques qui facilitent la vie, comme Shutter qui est le couteau suisse de la capture d’image : tout l’écran, une sélection, un menu, une page web, une fenêtre, avec outils de commentaires, retouches simples intégrés, cool pour les tutos, partager n’importe quoi sur ton ou tes écrans. Parcellite te permet de stocker 50 instances en mémoire dans le presse papier : monstrueusement utile. J’ai le launcher Synapse et Docky pour ma barre d’appli à la Mac. J’ai bien sûr Zotero pour mes sources et mes références bibliographiques.

        J’ai aussi trouvé un outil de GED perso démentiel : Paperwork. C’est du classement intelligent des papiers, documents : en gros tout ce qui est importants (factures, attestations, assurances, etc.), tu scannes, il passe l’OCR (donc tu pourras faire des recherches sur n’importe quel mot du document), il date (tu peux redater) et tu ajoutes tes mots clés pour retrouver plus tard. Mais tu ne t’occupes plus de classer en dossiers et sous-dossiers et tous tes papiers sont au même endroit. Ensuite, suffit d’ajouter le dossier de stockage de Paperwork dans OwnCloud et hop, t’as une copie chez la Mère Zaclys !

        Et pour finir (pour l’instant), HomeBank pour la gestion financière personnelle.

        Sinon, je te conseille de garder le nouvel annuaire de Framasoft dans tes favoris.

  2. propositionjoe

    Salut,
    Et bien content d’apprendre que tu as réussi ta libération.
    Pour le ftp tu sais que nautilus sait le faire ?

    Autres emplacements > Adresse du serveur > ftp://login:mot-de-passe@adresse.com
    Ensuite t’ajoutes un signet (un raccourci, et c’est dans la boite)

    Il est aussi possible de monter le volume ftp automatiquement au démarrage en ajoutant un ligne dans /etc/fstab (pratique pour faire un script qui backup automatiquement un blog...)
     $ dnf install curlftpfs
    curlftpfs#login:mot-de-passe@adresse.com /point-de-montage-local fuse rw,user,allow_other,uid=1000,_netdev 0 0

    Tout cela marche aussi pour le sftp (que pour ma part je préfère).

    Bonne route avec fedora !

  3. xSquid

    Concernant Keynote, as-tu connaissances du logiciel WPS Office ?
    Un article du blog : Official Statement on WPS Office for Linux

    – – –

    C’est un clone, de bonne facture, de la suite Office de Microsoft. Tu y trouveras notamment un équivalent à Powerpoint appelé Presentation.
    Ce n’est pas du niveau de Keynote, mais c’est mieux que Impress.

    Sinon, je ne suis pas en accord avec cette phrase :
     || "Quand, justement, je compris qu’il s’agit précisément de ça : une dictature graphique, une obligation visuelle (brillante, certes, mais unilatérale)"

    Je ne considère pas la cohérence ainsi que l’homogénéité d’une interface graphique comme une dictature, toi non plus d’ailleurs :
     || "Ayant choisi l’environnement graphique Gnome, j’ai opté pour un maximum d’applications intégrées (i.e : qui se marient avec le visuel Gnome)"

    – – –

    Merci pour le partage de ton aventure, qui d’ailleurs, m’a étonné par la différence des choix que l’on peut avoir tout en venant du même endroit ;-)

    Bonne continuation.

    1. davduf

      Je vais regarder WPS Office de très près. Merci !

      A propos de dictature, un peu de provoc’ ne fait jamais de mal (la preuve, on discute :-). Le mot est fort et mérite éclaircissement : je pense à dictature quand je vois, dans mon milieu, que 95% des machines tournent sous MacOS. Ce qui signifie que tout le monde voit la même chose sur son écran, au même moment, avec la même charte graphique, les mêmes menus, les mêmes couleurs, les mêmes docks. Nos machines étant nos outils de travail et de création, cette mainmise d’Apple sur les esprits est foncièrement problématique...

      Merci encore !

  4. tuxmips

    Bonjour
    Personellement, je me suis libéré en 1999. Avec Mandrake.
    Depuis, je suis sous Mageia pour le laptop (un LDLC) et Debian pour le PC "tour" (fabrication maison).

    Mais j’ai aussi réussi à ne pas "m’enchainer" avec un smartphone (enfin moins !)
    Pas d’Android. Pas d’iOS !!!
    Mais un vrai smartphone.
    Certes il a déjà 4 ans d’existence en terme de conception puis de fabrication. Le mien a 3 ans. Ce n’est vraiment pas une "bombe" en terme de perfs avec son seul giga de ram et maintenant sont processeur riquiqui.
    Mais mon Jolla sous Sailfish OS, c’est juste de la bombe : transférer ses fichiers dans un sens ou dans l’autre avec une liaison SSH. Je peux même grace à cette liaison prendre le controle de mon smartphone en mode "commande" dans un terminal !! sur mon Jolla cela se fait naturellement en le passant en mode "développeur". Mon Jolla a aussi une couche de compatibilité Android. Ce n’est pas non plus la panacée car c’est un équivalent 4.1 (ou 4.4 pour l’Intex).
    Les Safe Harbour furent invalidés : pas ou peu d’impact pour moi.
    Demain le Privacy Shield est invalidé : pas d’impact non plus.
    Alors oui c’est sur, je n’ai pas tous les "amazing" services. Mais je m’en fous.
    Pour me diriger : OSM me suffit bien.
    Et alors que pendant un moment un bruit disait que l’iphone 8 serait "sans bouton. Mais quelle misère :-D
    Avec mon Jolla il y a des boutons mais l’on ne s’en sert que très rarement.
    Même pour l’allumer ou l’éteindre :-)

  5. Azabal

    C’est génial que tu aies réussi la transition ! Je l’ai fait il y a six ans (mon Mac a été volé et windows m’horripilait), maintenant il serait impossible de me faire quitter mon linux (KDE Neon). Quelques recommandations :
    - pour les photos : Shotwell (organisation des albums type iPhoto), Darktable (traitement de photos avancée)
    - Okular (pour les PDF -c’est une application KDE donc peut-être pas très bien intégrée à Gnome, mais beaucoup plus de fonctionnalités que ses concurrents). Aussi MasterPDFEditor.
    - Rambox (centraliser toutes les messageries instantanées type Messenger, Whatsapp, Telegram, Discord, Skype, etc)
    - MusicBrainz Picard : tagger sa musique
    - Openshot : montage vidéo
    - Alternativeto.net : rechercher des alternatives aux logiciels qu’on utilisait avant

  6. Vincent

    Excellent !

    Et bravo pour ta ténacité. De mon côté je n’ai pas avancé, je me heurte toujours aux mêmes problèmes....

    Pas trouvé d’alternative à Lightroom : pour un photographe qui bosse sous une double logique de flux et de finesse de post-prod, tout ce que j’ai testé en libre est à des années-lumières... Je pourrais me passer de Photoshop, que je n’utilise presque plus, et me débrouiller avec le GIMP, oui....

    Pour le montage, idem, je suis bien d’accord avec toi. Et quid des outils qui fleurissent pour les réalisations "nouvelles écritures" ? je pense à Twine, Blackmagic Fusion, Verse, etc...

    Quand à tout ce que tu cite, à défaut d’être sous Linux je l’utilise dans mon windows, c’est déjà ça...
    Ceci dit je ne demande qu’à être convaincu... Si quelqu’un qui passe par léà à résolu pour un profil comme le mien, je suis tout ouïe !

    Bises

    1. Le Monolecte

      Tu as essayé Darktable pour remplacer Ligthroom ? C’est un logiciel qui a beaucoup évolué ces dernières années et qui est assez complet, même s’il faut un peu bosser pour la prise en main.

      1. Vincent

        Merci pour le rappel ! Il était resté coincé sous un neurone, celui là. Du coup je suis allé faire un tour sur le sujet. Intéressant !

        Et du coup, j’ai aussi découvert ton blog. Intéressant également !
        Bonne journée !

  7. stephane

    bonsoir ,

    bravo pour avoir expliqué en grande parti pourquoi on peut être amené à un moment à quitter apple.

    le renouvellement macpro 2008 + os ( 10.6.8 ) m’a fait réfléchir il y a 2 ans :

    1 - choix matériel à partir d’un PC correct ,
    2 - choix d’un Os , qui aurait pu être windows 10 mais comme dit le proverbe
    " si c’est gratuit , c’est toi le produit ! " , il faut s’en méfier

    j’ai donc utiliser pendant plusieurs mois VirtualBox pour tester différentes version linux dans le temps , avec les mises à jour

    sur une dizaine de version au départ , il n’en est pas resté beaucoup à l’arrivée

    cela n’est pas simple de prendre un os linux qui soit stable et robuste dans le temps , faut il encore avoir une bonne communauté sur les forums.

    a vouloir sortir un os x et un ios chaque année , Apple a perdu pas mal de temps à bien améliorer os x , cela leur jouera encore des tours dans les années à venir, l’aspect sécurité est plus important que la lutte contre les hackintosh.

    Apple doit bien comprendre qu’une personne qui détient un hackintosh , c’est 50% de chance de le perdre que de le garder sans renouvellement correct matériel , et aux vue des posts de certains forums , ils devraient mieux y réfléchir , sinon ils deviendront les LVMH du luxe en ordi et rien d’autre

  8. xSquid

    Hors logiciels spécifiques je trouve que la migration se passe plutôt bien.
    On peut retrouver/reproduire des "fonctionnements" & "Applicatifs" similaires.
     - Alfred / Albert (projet récent) :
     - Bureaux virtuels / Bureaux virtuels ;
     - Dock / Cairo-Dock ;
     - Quicklook / Quicklook (présent sommairement dans l’environnement Cinnamon) ;
     - LittleSnitch / OpenSnitch (projet très récent) ;
     - Antidote / Antidote
     - Etc.

    –––

    Par contre il y a des trucs qui piquent et où je ne vois pas de solutions :
    La catastrophe qu’est le clavier AZERTY sur PC !?
     - Dextérité de ***** (emplacement des touches) ;
     - Complexité pour générer des caractères spécifiques.
    Le bordel dans les raccourcis clavier (même si j’apprécie le métissage !) est complètement contre-productif et piégeux. Ça pousse à l’excès de souris.

    –––

    Un gros gros manque aussi : le champ de recherche dans les menus d’applications.
    Une tuerie quand on ne connaît pas une appli, on tape "zoom", "export" et BAM ça nous place sur l’option. Franchement, l’adapter aux environnements GNU faciliterait fortement les transitions.

    1. Okki

      Niveau gestion du clavier, ce n’est pas Windows, alors tout y est plus simple :p

      D’activer le Caps Lock et de taper une lettre créera une version majuscule de cette dernière (ÉÈÀÇî...). Alt Gr suivi d’une lettre créera la version spéciale la plus commune de cette dernière. Par exemple Alt Gr+o créera œ, avec a ça donnera æ (et c’est bien évidemment cumulable avec le Caps Lock, Œ, Æ), avec c on obtient le caractère copyright © et ainsi de suite.

      Et bien évidemment, GNOME fournit également une table de caractères plutôt complète. Notons également que dans la boîte de recherche de la vue d’ensemble des activités (qui semble reprendre le concept de Spotlight), de faire des recherches sur certains mots (malheureusement en anglais pour le moment) ou définitions Unicode permet de trouver rapidement certains caractères spéciaux. Par exemple, de rechercher heart nous trouvera bien plusieurs cœurs (♡, ♥...)

      Pour la recherche dans les menus d’applications, Ubuntu proposait une telle fonctionnalité avec le HUD. Fonctionnalité qui semble également arriver côté GNOME, même si ça serait bien mieux d’avoir une solution plus standard utilisable par les différents toolkits (Qt, GTK+...). Puisque pour le moment, c’est limité à certaines applications.

      1. xSquid

        Je n’utilise ni Ubuntu ni Gnome, mais c’est bon à savoir pour ceux qui l’ont.

        À propos du clavier, je ne parle pas de l’OS (d’autant moins de Windows), mais du type : AZERTY PC.
        La gestion des majuscules accentuées est identique Mac/Linux, la logique des caractères spécifiques se ressemble. Non, c’est l’emplacement des touches et la différenciation Alt & AltGr qui coincent :
         - Les touches Ctrl sont trop à l’extérieur ;
         - AltGr impose de travailler avec la main droite (pénible pour un droitier qui tient sa souris à droite) ;
         - L’@ n’est pas pratique d’accès, le # non plus, pas mieux pour [] & {} ;
         - Les raccourcis clavier pour aller en fin/début de ligne/document, pour sauter de mots en mots sont laborieux ;
         - Idem pour les copies d’écrans.

        Sur ce point, c’est une régression, mais pour le moment je fais avec.
        À priori il existe les claviers de type Bépo, je vais y réfléchir, quitte à forcer le mappage sans changer le clavier (laptop).

        Mes débuts très récents avec un clavier PC ont été, et le sont encore un peu, douloureux pour mes poignets (pour une efficacité moindre).

        NB : la gestion du focus est moins optimisée aussi
        NB2 : la non-standardisation des claviers PC (chaque constructeur produit ses variantes) n’aide pas non plus

        1. Okki

          À vérifier, mais normalement il existe énormément de pilotes Linux, y compris pour du matériel qui ne serait normalement pas prévu pour PC (manettes de jeu Xbox ou Playstation...). Ça ne m’étonnerai donc pas que les claviers Apple soient également parfaitement pris en charge et correctement mappés.

  9. E-Gwen

    Bonjour,
    Il est de notoriété privée que pour faire du montage vidéo sous Linux, on peut utiliser soit :

    - Cinelerra (http://www.heroinewarrior.com/cinelerra.php)
    - Blender, accompagné des greffons Velvet Master (http://blendervelvets.org/fr/)

    Pour ce qui est de la photographie, on peut se tourner vers :
    - Luminance HDR (http://qtpfsgui.sourceforge.net/?page_id=10)
    - RawTherapee (http://rawtherapee.com)
    - G’mic, un greffon pour The GIMP (http://gmic.eu/download.shtml)
    - Hugin (http://wiki.panotools.org/Hugin_Compiling_Fedora)

    Voilà de quoi faire joujou pour un moment.
    Bonne expérimentation, et félicitations pour la prise de conscience.

    E-Gwen.

  10. Cyrille

    Bonjour et bravo pour ta libération.

    Pour le montage vidéo un peu plus pro et sans anicroche tu as la solution de Blender avec le module VSE, qui m’a sauver plus d’une fois lorsque les autres me lâchaient.
    Pour la prise en main : https://www.youtube.com/watch?v=UEIkIrYQYYY&list=PLjyuVPBuorqIhlqZtoIvnAVQ3x18sNev4
    Un plugins bien pratique aussi : http://blendervelvets.org/fr/

    Pour remplacer IPhoto, je pense que digikam et/ou darktable le remplaceront avantageusement !

  11. obrow

    Félicitations pour la migration ! C’est plus compliqué mais tellement valorisant et formateur de monter son système soi-même.
    Pour le montage vidéo, on oublie souvent qu’un logiciel comme Blender le fait très bien et qu’ il a l’avantage d’être d’une stabilité exemplaire (openshot me bouffe ma ram de façon inconsidérée). Il a l’autre avantage de pouvoir plus tard basculer facilement vers la 3d avec le même logiciel. Voici de très bon tutos : https://www.youtube.com/playlist?list=PLjyuVPBuorqIhlqZtoIvnAVQ3x18sNev4
    Il est d’ailleurs possible de le configurer de manière optimum pour le montage à travers le travail de cette équipe. http://blendervelvets.org/fr/
    Pour tout ce qui est texte et même les présentations (reveal.js) j’utilise le logiciel emacs et son module orgmode pour tout ce qui est la gestion de tâches. Si tu viens aux RMLL, tu auras là-bas des maîtres en la matière qui pourront t’initier.
    Pour faire de belles présentations de façon rapide à la mode Prezi, je ne peux que te conseiller le logiciel Sozi. http://sozi.baierouge.fr/ qui est vraiment super.
    À bientôt, peut être aux Reumeuleuleux.

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.