Police

Maintien de l’ordre et urbanisme

Luc Bronner : « Une guerre totale »

par davduf, 7 avril 2010

Depuis quatre années, le journaliste Luc Bronner arpente un secteur à part. Une sorte de sous monde dans le monde, un univers avec ses codes propres, ses zones de non droits (Bronner insiste, à raison, sur le « s » à droits). Dans son nouveau livre, l’ancien lauréat du prix Albert Londres qualifie les lieux de « désert journalistique ». C’est un endroit avec ses « hiérarchies invisibles », avec ses guerres sans nom, sans fin, et ses déshérences. Bronner appelle les lieux comme il se doit : « la loi du ghetto ». Depuis quatre années, Luc Bronner, pour Le Monde, fait ce que tout le petit monde des grands médias a lâché, ou presque [1] : les banlieues françaises. Son travail est plus qu’utile. Il est rare.

Et c’est probablement cette rareté qui donne à « la loi du ghetto » un arrière goût de testament. Le testament d’un truc, la banlieue, qui n’en finirait pas d’agonir, mais qui se réveille, souvent, toujours, à la dernière minute. L’inventaire des lieux, des liens, et des enjeux, est implacable. Une ombre plane et ouvre tous les chapitres : Sarkozy. Le ministre 1 de l’Intérieur. Puis le ministre 2 de l’Intérieur. Puis le Président de l’Intérieur. Qui répète et se répète les mêmes histoires, les mêmes tourments, d’années en impuissances, d’impuissances en reniements. Mais l’on sent bien que ce Sarko cache la forêt : de droite, de gauche. Page 152 du livre, c’est la phrase clé : « là réside le paradoxe de la politique de la ville française. Le refus officiel de tout “communautarisme” et la mise en avant volontariste de la “mixité sociale”. Mais des pratiques aux antipodes ».

Puis l’on tombe sur les p.222-225. En arrêt. Ce sont celles sur la «  guerre totale », écrit Bronner, celles de l’ « intervention directe [par la police] sur l’urbanisme des cités ». Cela s’appelle la «  prévention situationnelle ».

Depuis 2007, dans le sillage des émeutes de 2005, la loi de prévention de la délinquance a en effet doté les forces de l’ordre d’une nouvelle mission : multiplier les «  études de sécurité » de certains quartiers et les consignes concrètes dans les plans de réaménagement des cités. Et Luc Bronner de détailler les « cahiers de recommandations » transmis aux responsables de la rénovation urbaine : « ne plus autoriser la construction de dalles d’où des émeutiers pourraient lancer des projectiles. Installer des plots en béton devant les sites sensibles, comme les commissariats, ou susceptibles d’être attaqués par une voiture bélier, comme les commerces. Faire disparaître les auvents devant les halls d’immeubles pour éviter que les jeunes s’y regroupent à l’abri des intempéries. Supprimer les passerelles qui peuvent être utilisées par des jeunes pour viser des véhicules de police. Modifier els itinéraires de circulation pour favoriser une intervention plus rapide des forces de l’ordre. Eliminer ce que les experts appellent des “ dents creuses ” (…) L’administration va même jusqu’à donner des indications sur l’intensité minimale de l’éclairage : 22 lux en extérieur, 40 voire 80 lux pour un parking ».

Le livre de Bronner est de ce trempe là. Truffé d’informations, prises au pouvoir comme aux dealers, aux habitants comme aux penseurs. De temps en temps, l’auteur se risque au « je ». Et c’est tant mieux. Il raconte ses situations, ses angoisses. Et l’on devine que sa peur physique, au cœur de certaines émeutes, n’est parfois rien comparée à ses peurs morales : à quoi joue-t-on avec NOS ghettos ? De quoi détournons-nous NOS regards ? semble demander sans cesse Luc Bronner.

Pour le reste, ce petit point pour évacuer les soupçons de copinage : à plusieurs reprises, Luc Bronner cite dans son livre l’un de mes ouvrages. Nous ne nous étions jamais rencontrés avec cette interview vidéo, filmée en mars 2010, dans une brasserie de la Gare du Nord à Paris. L’idée, ici, n’est pas de renvoyer un quelconque ascenseur (social-en-panne ou pas), juste de souligner un petit moment qui fait plaisir à lire : le sentiment diffus que quelqu’un a repris le travail là où vous l’aviez laissé. Qu’en disséquant l’invisible, vous comprenez mieux le visible.

scorched car in Paris suburb november 2005
(cc) Alain Bachellier

[1Je pense à Stéphanie Binet, par exemple, de Libération ou au quinzomadaire Le Tigre

Messages

  • Et puis il y a, comme un symbole, ce mot "banlieue"... ban-lieu... le lieu du ban... le lieu des bannis. Et le fait, que ce mot "banlieue" soit entré dans le langage courant, aussi... c’est assez révélateur !

    • Vous faites erreur, la banlieue est le lieu du ban, c’est à dire l’endroit où s’exerce une juridiction. Le bannissement consiste justement à rejeter l’individu hors du ban.

    • Le "ban" de banlieue n’a rien à voir avec "bannir" : il fait référence à la loi seigneuriale au moyen-âge. Banlieue signifiait à l’époque "territoire sous la juridiction d’un seigneur" (cf Wikipedia)

  • Conseil de lecture : La Psychose française, les banlieues : le ban de la République Mehdi Belhaj Kacem_Gallimard_2006

  • Intéressant.

    Je conseille "renvoi d’ascenseur" de Parisis, excessif et jubilatoire.

  • Je sais pas si l’urbanisme policier est efficace contre la délinquance, mais ça me parait tout à fait désastreux sur le plan de la qualité de vie des habitants, et sur la possibilité de transformer ces endroits en lieux accueillants, générateurs de vie sociale :
    "ne plus autoriser la construction de dalles"
    "Faire disparaître les auvents devant les halls d’immeubles pour éviter que [l’on puisse s’abriter] des intempéries."
    "Supprimer les passerelles"

    Et c’est pas un urbanisme particulièrement écologique non plus :
    "intensité minimale de l’éclairage : 22 lux en extérieur, 40 voire 80 lux pour un parking"

Emeutes 2005 : de la course-poursuite à la reconquete du territoire

En route !

Bruno Julliard, Nicolas Sarkozy, le CPE, et l’amnésie généralisée

En route !