Macron et la police : quatre ans de tâtonnements pour un président sans réseaux

Par David Dufresne, 31 août 2021 | 2499 Lectures

« Sur le terrain, l’attitude du préfet, soutenu sans condition par l’exécutif, est analysée comme un véritable blanc-seing. Des dizaines de manifestants sont éborgnés, gravement blessés à coups de LBD, le lanceur de balles de défense utilisé par des fonctionnaires privés de formation, sans la culture ni les réflexes associés à la gestion du maintien de l’ordre, cette matière éminemment politique. Plusieurs hiérarques policiers en conviennent aujourd’hui : « Le pouvoir tremblait tellement qu’il a montré un soutien excessif aux troupes, il aurait fallu tenir la bride plus courte. »

Durables, les conséquences de cet aveuglement sont attestées par l’érosion de la cote de confiance de la population dans sa police – en décembre 2020, elle plafonne à 60 %, une opinion encore majoritairement favorable mais historiquement basse. Pis : jusque-là considérées comme des dérapages individuels concentrés en région parisienne, les violences policières sont désormais objectivées par leur multiplication, qu’amplifie la chambre d’écho des réseaux sociaux. »

ABONNEZ VOUS AU BULLETIN ALÉATOIRE SOUS PLI DISCRET
Revue de presse, du web & veille en tous genres

Passe sanitaire : QR Code, corps sous contrôle et Technopolice

En route !