Home

Police

Police partout, confiance en berne

By David Dufresne, 5 March 2020 | 3011 Visits

Dégringolade de la popularité policière. C’est une étude du Centre de recherches politiques de Sciences Po qui l’affirme, avec son Baromètre de la confiance politique. Un sondage assez massif en France, en Allemagne et en Angleterre, qui mesure depuis 2009 la «confiance des gens» (oui, le Cevipof écrit comme ça, on dirait du Mélenchon) .

Ce matin, à l’étude intitulée En qu(o)i les Français ont-ils confiance aujourd’hui ?, la réponse est donc tranchante: de moins en moins en la police.

Ici, la «chute extrêmement importante de la confiance des Français dans la police», pour reprendre les mots d’un des boss du Cevipof sur France Info, se traduit par un chiffre:

8.
Moins 8% de confiance.
En un an.

A dire vrai, 66% en 2020, c’est grosso modo le niveau de confiance qu’avait la police avant les attentats de 2015. En un sens, ce graphique donne du relief à ce que tous les syndicats répètent à l’envi de plateau TV en plateau TV, refusant la moindre autocritique : pourquoi-donc-les-Français-qui-nous-embrassaient-en-2015-aujourd’hui-ne-nous-aiment-plus?

Pardi: parce qu’on embrasse pas ceux qui tuent (Zineb Redouane, Steve Maia Caniço, Cédric Chouviat), pas plus que ceux qui mutilent, blessent, bafouent l’État de droit.

Cruelle comparaison européenne. En Allemagne, en Angleterre, la confiance des citoyens envers leur police surclasse très nettement celle des Français envers la leur.

En janvier, Le Parisien avait déjà éventé la chose :

Alors que l’exécutif commençait timidement à admettre (sans les reconnaître) les violences-policières-qui-n’existent-pas-mais-que-tout-le monde-filme, on comprenait d’où venait son inflexion.

Des tréfonds de la com’ et des sondages.

On apprenait ainsi que le ministère de l’Intérieur «dispose de capteurs pour évaluer l’opinion publique. A commencer par ce baromètre sur la perception de la police par la population, réalisé tous les deux ans. Les résultats sont tombés en décembre. Et ils ne sont pas bons (...) Nous avons conscience que l’image de la police a pu être affectée par l’année particulièrement difficile que nous venons de passer, reconnaît-on au ministère de l’Intérieur. »

Et Le Parigot d’ajouter que le gouvernement «avait lancé au moins un sondage sur le sujet des violences des forces de l’ordre, très mal perçues par les Français [1]. “Nous avons perdu la bataille de la communication, regrette un haut-fonctionnaire. L’image de nos policiers reste bonne mais elle se dégrade”. »

L’étude du jour du Cevipof sonne dès lors comme la partie immergée de cette «dégradation». Et révèle que les (demi) mesures du gouvernement (retrait de la GLIF4, rappel à la déontologie, violences policières euphémisées via le croche-patte, etc) sont, avant tout, des gesticulations pour grappiller un ou deux points de confiance.

Sinon, hier, sans surprise et sans courage, les députés ont rejeté une proposition de loi visant à interdire deux techniques d’immobilisation: le décubitus ventral et le pliage ventral.

Pour être franc, les débats ont montré que des députés, les plus affûtés, et renseignés, étaient les partisans d’une police sur-armée et sur-équipée.

Occasion ratée.


[1Sauf erreur, ce sondage n’a pas été rendu public

Scandale! Vice, crime et moralité à Montréal

En route !

Maintien de l’ordre: ce que disent les chiffres | Mediapart

En route !