Prison Valley

Prison Valley, trois ans après

par davduf, 4 octobre 2013

Coup sur coup, deux mails, le même jour.

Le premier provenait de Frank Smith, un vieil homme, un homme de bien, qu’on aperçoit à la fin de Prison Valley. Une barbe blanche qui se bat depuis vingt ans contre la privatisation carcérale. Frank voulait des nouvelles, et en donner un peu. Elles étaient bonnes ; Frank disait toujours se battre contre les « for-profit prison scamsters ». Il faisait des comptes, et les comptes étaient bons : Frank a stoppé en tout 65 projets de prisons privées, une sorte de manque à investir pour l’industrie carcérale qu’il totalisait à près de trois milliards de dollars.

L’autre mail venait de Milan, et plus particulièrement d’Alberto, étudiant en design et communication design à Politecnico di MIlano. Pendant six mois, lui et sa cohorte avaient étudié Prison Valley. Alberto voulait partager ça :

Comment le webdoc, qui emprunte certains codes aux jeux vidéo, peut devenir, à son tour, une source d’inspiration pour... le jeu vidéo.

En route !

Bruxelles, Millenium Webdoc : étude de cas Prison Valley

En route !