Jacques Brel

4 octobre 2018

Retour à Vesoul, à la Bonne Auberge, pour une folle lecture

par davduf, 6 octobre 2018

La Bonne Auberge. Epicentre du mystère de la virée de Brel à Vesoul.

La soirée, organisée par les activistes de Café Charlie, était comme une réunion de famille. Ça s’embrassait, ça se saluait, ça se regardait par en dessous. Qui avait parlé à ce drôle de gars que je suis, qui avait arpenté tout Vesoul, un an durant, pour son bouquin.

La Bonne Auberge, 2018

Dans la salle, il y avait Christophe, le pizzaïolo de la place Jacques-Brel, décrit par Le Monde comme il faut (un « sommet d’humanité ») ; il y avait Tupin, l’Empereur de la ville, la moitié de Vesoul lui appartient dit-on, qui avait eu la délicatesse de venir habillé de son blazer de chroniqueur sportif comme je l’écris dans mon livre ; il y avait les mère courage, Marie-Agnés C. et Mamie V., dont les garçons ne sont pas revenus du Djihad ; il y avait la pétillante Danièle Kielwasser, fille des tenanciers de la Bonne Auberge, où Brel descendit en 1960, et venue ce soir-là avec le livre d’or de l’établissement ; il y avait Serge Cholley, l’élégance même, barman au casino de Luxueil, que Brel brûla de tout son corps ; Pascal Magnien, l’éditeur local, qui me mit sur la voie du mythe, et Lanoir, sculpteur, et d’autres, tant d’autres, personnages bréliens, plus vrais et plus grands que nature.

Au fil des minutes, la lecture se fit déconnante. Certains se levaient, traversaient la salle, d’autres riaient, on s’interrompait, on se souriait. C’était la vie --- simple, et suspendue.

On ne vit qu’une heure, ça devait être celle-ci.

Portfolio

Voir en ligne : La folle soirée vue par L’Est Républicain

« On ne vit qu’une heure, une virée avec Jacques Brel »

En route !

Rencontre Fnac Montparnasse : 2 octobre 2018

En route !