« Maintien de l’Ordre, l’enquête »

Bruno Julliard, Nicolas Sarkozy, le CPE, et l’amnésie généralisée

Par David Dufresne, 11 décembre 2008 | 3086 Lectures

Maintien de l'Ordre - l'enquête
Maintien de l’Ordre - l’enquête
Parution : 17 octobre 2007. Hachette Litterature.

Petite scène de l’amnésie actuelle, si chère à notre époque sans mémoire, qui broie de l’info et braille du ronron sans discontinuer, cette pseudo polémique, parfaitement résumée dans Le Monde.

L’info était déjà disponible depuis un an déjà. Copié-collé d’un livre bien connu de nos services1 :-)

Le jour même de la manifestation [du 23 mars 2006, aux Invalides à Paris], Bruno Julliard reçoit un appel capital. C’est le premier d’une petite série. A l’autre bout du fil, Nicolas Sarkozy. « A ce moment, se souvient Bruno Julliard, Sarkozy est déjà sur une autre planète, il est déjà dans la course présidentielle et il souhaite que Villepin sorte perdant de cette affaire. Il commence par me dire : “Moi vous savez, je suis pour le retrait du CPE, je vais œuvrer pour ça, mais je ne peux pas le dire ouvertement… Quant aux questions de sécurité, vous avez vu, les services de police ne font aucune provocation, pas même les CRS, je leur ai demandé d’être le plus souples possible, de se tenir à l’écart…” »

Formé à l’école syndicale des mouvements estudiantins, Bruno Julliard sait qu’il a un coup à jouer.Il ne s’agit pas d’alliance objective, ni même d’accord tacite entre toutes les parties, mais plutôt d’un équilibre fragile entre violences – répression – provocation dont la France sait régulièrement jouer.

« D’un certain point de vue, la question de la violence était aussi une forme de pression sur le gouvernement. Soit le gouvernement ne fait rien et il est accusé de laisser des étudiants se faire agresser. Soit il intervient avec tous les risques que cela comporte en terme de bavure... Il y avait quand même quelques difficultés dans ce pari là et dans les messages que nous faisions passer, on essayait d’appuyer là où ça fait mal. Lorsque j’ai Sarkozy au téléphone, c’est le premier message que je lui dis : “Attention, qui dit augmentation de la violence, dit gros risques de bavure” ». »

1« Maintien de l’ordre - l’enquête », David Dufresne, Hachette Littératures, 2007.

ABONNEZ VOUS AU BULLETIN ALÉATOIRE SOUS PLI DISCRET

Messages

  • Pauvre bruno julliard !!! c’est une honte pour le PS, il y a des étudiants qui ne mangent pas tous les jours, qui sont dans la précarité la plus totale et lui qui n’ a jamais travaillé de sa vie nous parle du CPE de 2006, pour un peu il voudrait nous faire que bien planqué, c’ est lui qui a gagné.D’ ailleurs, il ferait bien d’ ouvrir ses oreilles pour savoir ce que les jeunes pensent de lui.

    De plus étant militante du PS, il ne croit quand même que je vais l’ engraisser avec ma cotisation.

    Ce genre de personnage explique pourquoi le PS n’a pas repris les cotisations à 20 euros. Mais qu’ il se rassure : bientôt bye, bye we can !!!

Police

Clichy-sous-Bois, 3 ans plus tard...

En route !