Ça sent l’cut.

Montage & no comment.

Par -* temto., 11 mars 2007 | 2767 Lectures

Vendredi 2 mars « Esprits libres. » /France 2.

Dernière ligne droite de vacance. Devant le tube-à-hertz, je n’ai pas de chrono en main, mais un des intellos intervenants est... muet dans la marmite, quand les autres présents, libéraux plus ou moins sauvages, touillent et touillent encore ; et que monsieur Durand sert la soupe. Soupe rétrospective. A angle droit. Au massicot.

Service : à la coupe. Fromage bien fait, mais qui sent trop fort.

-De l’interêt de ne pas déranger sa petite famille en écoutant... au casque.- Loin de mes trappes, collets et instruments de capture, je guette une rediff’, pour une poignée de punch-lines ... Et, revenu ici, haut-débit, je mets, acquis de conscience, mon nez par là :

« Le fascisme télévisuel. » - Michel Onfray (samedi 3 mars)

« (...) Montée, massacrée, mutilée, transfigurée, l’émission ne veut plus rien dire. Dans le déroulé, il y avait des échanges sur l’extrême gauche avec BHL : disparus. Des passes d’arme avec Minc sur le libéralisme : disparus. Il y avait des interventions bienvenues de Cynthia Fleury : disparues. Il y avait des théories géniales et inédites, bien sûr, de Minc sur le libéralisme : disparues. Je répondais aux dites génialités dudit personnage sur le libéralisme anglais ou américain : disparues. Je sollicitais BHL dans une question où il apparaissait qu’il pouvait, de fait, voter Sarkozy : disparue. (...) »

Esprits en package, service-Tricatel1-public jusqu’à l’anosmie :

Bon... ça va, j’ai encore du nez. (De l’oreille)

Mercredi 7 mars « Toutaz. » /France 4.

Hasards télévisuels. C’est périlleux encore, je zappe.

Et surprise, rare surprise physionomiste, je reconnais un visage : dans cette émission sans commentaire, il semble que c’est bien elle. Elle qu’on filme en continu. C’est Zazon  !

Mais... que fait-elle ? Elle gène. Elle dérange. Elle perturbe.

En de folles interviews et/ou interventions filmées, littéralement délirantes. Couillues, culottées, gonflées. (On notera le registre phallo- pour exprimer le courage.) Hystérique donc, et salvateur.

Cette fille-là me réconcilie (un peu) avec mon âge. Question de génération ou de généalogie ? C’est sans doute parce que mon propre père me manque... mais, n’en déplaise aux jaloux d’avoir loupé le coche historique : des rayons d’un supermarché2 jusqu’au parvis de Beaubourg3 (même sans Mouna4), j’y sens encore le souffle -inné ou acquis- d’un certain joli mois de mai ...

Ouf.

1Tricatel : pas le Burgalat-sien label mais l’originale Zidi-esque corporation de malbouffe .

2Brigade de la repression des lipides : « Zazon lutte contre l’obésité chez l’enfant. ».

3Un peu d’ordre à l’entrée du musée ! : « Zazon éduque la nation. ».

ABONNEZ VOUS AU BULLETIN ALÉATOIRE SOUS PLI DISCRET
mauvais esprits

Ça suffixe sec.

En route !