Autoproduction.

« Sarkozy et Moi » et Mr Zéro et autres

Par Jean-Daniel Vivès, 19 avril 2007 | 10941 Lectures

Or donc, « Ségo et Sarko sont dans un bateau » est "le film à voir avant d’aller voter", selon un argument-massue-publicitaire du dernier « film » de Karl Zéro. Cette médiocre proposition constitue ainsi la seule impertinence ultra provocante du ravi de la crèche du Web et autres supports.

Bande Annonce du film « Sarkozy et Moi »

Dans sa production, Royal est décrite comme "un Sarkozy en jupons", et entre autres fines saillies politiques, « un Chavez poitevin sommeille en Ségo », Balladur, Veil et Léotard , sur un télé-siège à Chamonix, sont qualifiés de « crétins des Alpes ». Mais l’une des plus belles perles lâchées par le PPDA de l’internet se situe juste après la fameuse phrase de Sarkozy sur la racaille : "tu vois Nicolas, avec tes mots malheureux, tu as déclenché les émeutes de 2005". Tolérance zéro pour l’analyse circonstanciée et argumentée... mais venant de toi (excuse-moi, mais je reprends ton fameux tutoiement « anti-système »), cela n’étonne guère...

Il se trouve que je viens de réaliser un film intitulé « Sarkozy et Moi », visible et joliment saucissonné pour l’instant sur un site internet bien connu, et qui est l’exact inverse de "Gogo et Koko sont dans un bateau". Enfin je pense, sinon j’me flingue. Avec mon frère, David, nous avons réalisé ce film en six mois, investi 6000 euros (prix de la caméra inclus).

Maintenant, nous faisons partie de la France qui se lève tôt, se couche très tard et n’a plus un radis.

L’idée : développer un point de vue assez clair sous-tendu par des analyses diverses mais aussi par une enquête sertie d’éléments irréfutables. Car convaincre des convaincus, c’est un peu chiant, non ?

Sarkozy, qui comme Chirac a une apparence de mec sympa (et on s’en cague), est un homme politique d’un type nouveau qui incarne au point plus haut point certains travers (démagogie, importance du mensonge, maîtrise de la communication...) face à un « système médiatique » et notamment audiovisuel qui ne fait pas à mon sens le job... Et on pourrait parler de « l’opposition »politique, parfois un peu momolle.

Sinon, l’homme qui voulait « tous les niquer » subit peut-être un effet boomerang dans notre documentaire et plus précisément sur la fin...

Cependant, je n’ai pas pu poser toutes les questions souhaitées à Nicolas dans mon film. Gageons que notre futur probable cher président se souviendra longtemps de notre rencontre et du film d’1h10...

A moins que quelqu’un me surpasse mais j’en doute fortement (même à Libération, non ? Chiche, Laurent. Car quand même, l’interview du jeudi 12 avril, « peut mieux faire », hein mon pépère ?).

Je sais, ce projet m’a rendu complètement mégalo mais c’est peut-être logique. Donc voici mon leg -je ne pense pas faire de vieux os mais je compte bien sortir mon nunchaku lamé-or pour me défendre- à toi Karlito et à tous ceux qui veulent se servir de ce qui suit, y compris Mr Schneidermann :

  • Outre un rapport des RG et des affirmations de magistrats, une étude de 10 chercheurs et dirigée par un sociologue du CNRS contredit catégoriquement ta fameuse phrase, Nicolas, selon laquelle "75 à 80% des émeutiers de 2005 sont des délinquants récidivistes". Est-il possible, un jour que « ton frère » Arnaud Lagardère rachète le CNRS pour y faire un peu le ménage ?
  • Nico chéri, tu as rendu hommage appuyé à l’abbé Pierre au Congrès de Versailles du 14 janvier et après sa mort récente. As-tu bénéficié d’une cellule de soutien psychologique toutes ces années pendant lesquelles le Français le plus populaire t’a critiqué vertement sur ta loi sur la sécurité intérieure et les attaques de ton parti qui t’es inféodé concernant la loi SRU (loi sur le logement social que tu ne respectes allègrement pas à Neuilly) ?
  • Enfin, Didier Wampas chante plus que jamais en concert « Chirac en prison ». Est-ce pour toi, mon Nico d’amour, une bonne chose et raisonnablement prémonitoire ?

Sinon, Karl, sache que la bande-son de ton film est purement géniale. Yves Dutheil et consort, ça fait furieusement « anti-système ».

Sache aussi que je compte bien t’empêcher d’obtenir en 2008, avec « Sarkozy et Moi », un nouveau « césar » du meilleur film documentaire.

Toutes mes condoléances à José Bové que tu soutiens, sachant que je n’ai de « sympathie » politique pour aucun des candidats en lice. Strictement.

Jean-daniel Vivès, joujournaliste indépendant

ABONNEZ VOUS AU BULLETIN ALÉATOIRE SOUS PLI DISCRET

Messages

  • Bravo à vous, pour votre film que je viens de dévorer ! Quel bon travail ! Enfin, je dirais même... dommage qu’il arrive si tard... mais bravo !!!

  • http://www.dailymotion.com/video/x1qwdr_a-voir-absolument

    Le quotidien Marianne a confirmé l’authenticité de la video. C’est une association de production video de Grigny réputée (www.grignywood.com) qui en est l’auteur.

    Ils ont clandestinement enregistré l’entretien avec un magnetophone, d’où l’image fixe, juste là pour « décorer ».

  • Lecture annotée des douze professions de foi. L’impression d’un fourre-tout sur format imposé qui tente, avec plus ou moins d’efficacité, le panorama des thèmes majeurs.

    Le Pen : les « cinq ans désastreux pour notre pays » qu’il décèle lui fait naturellement oublier le passage calamiteux de membres de son parti à la tête de municipalités.

    Schivardi : Son monde aberré. Chez lui, « tout devient possible » en anéantissant la baraque UE, en se torchant avec ses directives, en s’asseyant sur notre signature des traités.

    Bové : l’apologie du pire dans la IVe République (sous couvert du bâton à droite pour faire croire à une VIe) avec « la proportionnelle intégrale ».

    Besancenot : Il faudrait rappeler deux évidences à l’intégriste révolutionnaire : partir de ces pays en s’en remettant aux bonnes volontés nationales, c’est l’assurance d’une guerre civile totale suivie d’une partition de l’Irak, dramatique pour la région, et d’une reprise en main sanguinaire de l’Afghanistan par les talibans.

    Laguiller : Vive la politique de l’autruche-Laguiller qui veut nous retirer des théâtres internationaux pour enfler davantage les services publics intérieurs. Belle preuve de générosité internationaliste !

    Buffet : elle paralyse la raison avec sa fumeuse stigmatisation des « privilégiés », caste (on n’est pas loin de l’accusation ethnique) qui, avec ses « 20 milliards d’Euros » peut se la couler douce « pour 1000 ans ».

    De Villiers : avec son département en bandoulière, avec son programme à œillères et avec son anti-construction européenne, il préjuge de sa qualité à la place de Président par un syllogisme branlant.

    Voynet : « sans pesticides (…) sans OGM (…) sans incinérateurs (…) sans nouvelles autoroutes (…) sans nouvelles centrales nucléaires ». En lisant trop vite la fin, l’attention encore impressionnée par ce cumul, on repère un dernier souhait « sans écologistes ! » certes précédé dans la même phrase par un « On ne fera pas d’écologie ». Si ce n’est pas du nihilisme ça !

    Nihous : il faut « obliger les parlementaires à avoir un mandat local » ! Formidable projet démocratique qui obligerait les électeurs, sans doute avec un canon de fusil de chasse sur la tempe, à élire maire ou conseiller municipal leur p… de député-technocrate.

    Sarkozy-Royal : c’est de l’ordre un peu juste chez l’une et juste de l’ordre chez l’autre ; du tout qui devient possible chez l’un et du possible en tout chez l’autre ; une « France présidente » pour l’une et le « Président d’une France » pour l’autre…

    Bayrou : Ce français François qui, seul, nous adresse, de sa main, son « affection

    Pour un tour d’horizon intégral, cf. http://pamphletaire.blogspot.com

    Voir en ligne : http://pamphletaire.blogspot.com

  • Superbe liste. Exhaustif docu. Il fallait que ce fut.

    Selon moi, l’argument le plus définitif-sur l’allergie au Sarkozy- est ce que dit le dessinateur Charb’ : Pour qui est concerné(e), ce qui est rédibitoire, c’est sa politique d’immigration.

    Laquelle est un nonsense crypto-raciste (crise, chomâge, insecurité=(banlieue)=immigrés) balayé par les chiffres relatifs aux flux migratoire mondiaux, et nationaux.(cf. l’interview de la représentante de la Ligue des droits de l’homme)

    Seul bémol, seul passage qui nuit à la rigueur et au sérieux du reste : le micro trottoir réalisé sur L’île de la Jatte. Même si c’est une (trop rare) allusion à son appartement de standing (ovation) à prix cassé, c’est sur cette séquence que la mauvaise foi droitière risque de se défouler.

    Quoiqu’il advienne, merci pour cette somme. Et un bravo aussi pour le choix des morceaux de musique qui enrobent(!) tout cela.

  • Bonjour,

    D’abord, je voulais vous remercier pour votre reportage sur Sarkozy, vraiment très intéressant, bien réalisé, marrant, bref tout ce qu’il faut ;).

    Je voulais aussi faire une remarque sur la citation attribuée à Denis Robert : « le mensonge est à la démocratie, ce que la violence est à la dictature » qui est en fait une citation de Noam Chomsky provenant de « Media Control ». La citation exacte est : « Propaganda is to democracy what the bludgeon is to a totalitarian state ». Plus d’informations sont disponibles sur Wikiquote.

    Encore merci et bonne continuation, Olivier ;

    Voir en ligne : http://toutoune25.miskin.be

médiArmes

Affaire Maquillage Sarkozy : communiqué de la Société des Journalistes de France 3

En route !