job

Par Philippe Ivanejev, 18 novembre 2003 | 6485 Lectures

NOUS AUTRES

« ’ Mais au niveau du travail… Que pourrait-on dire ? ’ Bon qu’à ça. Le salarié sera ici (à son poste) et maintenant (à chaque instant entre telle heure et telle heure, tant de jours par semaine, tant de semaines par an). Ainsi se passent des jours et des jours ; je ne sais même dire combien dans ma vie, si j’en faisais l’addition, j’aurais passés comme ça… sort des centaines de millions de gens qui n’ont d’autre choix que de perdre leur vie à la gagner. Car c’est bien ainsi que des millions d’hommes et leur système veulent que nous vivions et que d’autres l’acceptent. »

Je travaille - Tu travailles - Il ou elle travaille - Nous travaillons - Vous travaillez - Ils travaillent…

« Moi : est-ce qu’on peut alors encore parler de moi ? Un je sans moi peut-être, une ponctualité non personnelle et oscillant entre personne et quelqu’un, un semblant… Je suis incapable de penser, de sentir, de vouloir… Je ne peux rien ; c’est comme si je dormais et que mes gestes, mes mots, mes actes justes n’étaient plus qu’une respiration périphérique, instinct rythmique d’un organisme quelconque. C’est ainsi que « la chose marche ». »

NOUS AUTRES

Je ne travaille pas ’ Tu ne travailles pas ’ Il ou elle ne travaille pas ’ Nous ne travaillons pas ’ Vous…

Un marché de la région parisienne
Un marché de la région parisienne
Automne 2003. Photo : E.W.

Mais qui sommes-nous ? Et qui suis-je ? Sinon d’être l’un d’eux, dont l’avis ne semble avoir aucune importance. Quel est donc notre rôle ? Celui d’être simplement des pions qui faisons pencher la balance d’un côté ou d’un autre ? Une fois, nous sommes des esclaves, une autre fois des assistés : chômeurs, RMistes… Quels autres choix avons-nous réellement ?

Vous, hommes de pouvoir et de décision : économique, politique et médiatique, et vous, hommes de culture (qui êtes censés la représenter). Oui, vous : hommes du choix. En quoi pouvons-nous nous sentir concernés ? Puisque nous sommes comme si nous n’existions pas ! Les idées de gauche, du centre, de droite et des extrêmes… Ah bon ! Mais où sommes-nous ?

Le poète Guillevic écrivait : « La misère, c’est quand on dit : Rien à perdre et tout à gagner. Mais le total de la misère / C’est quand on dit : tout m’est égal… » Vous voudriez nous convaincre du contraire, mais au nom de qui et de quoi ? Vous avez rendu la parole si stérile que, lorsque vous parlez, vous êtes comme Socrate face à Calliclès, et vous êtes étonnés quand on vous dit : « Ce que tu dis ne m’intéresse pas et je continuerai à agir comme j’agissais auparavant, sans me préoccuper des leçons que tu prétends donner. »

Nous ne sommes donc que des « minus habens », des sans-pouvoir, en quelque sorte, les vrais anarchistes. Par quel moyen pourrons-nous vous atteindre ? Sinon d’aller aux extrêmes. Plus nous serons acculés aux difficultés, plus nous n’aurons rien à perdre et plus rien à gagner. Sans compter que l’apathie ambiante ne fera qu’accentuer le phénomène.

Un bon équi-libre au plus petit dénominateur commun afin que nous soyons tous pareils !

A ce propos, je vous renvoie à Primo Levi : « Pour que la roue tourne, pour que la vie vive, les impuretés sont nécessaires, et les impuretés des impuretés : même dans la terre, comme on le sait, si l’on veut qu’elle soit fertile. Il faut le désaccord, le différent, le grain de sel et de séné ; le fascisme n’en veut pas, il les interdit… il nous veut tous pareils, et tu n’es pas pareil. La vertu immaculée n’existe pas non plus, ou si elle existe, elle est détestable. »

ABONNEZ VOUS AU BULLETIN ALÉATOIRE SOUS PLI DISCRET

Messages

  • Salut davduf,

    (oui c’est pas toi qui as écrit l’article mais bon...) Pour l’instant je ne travaille pas, bien que comme tu l’as supputé ailleurs je sois effectivement informaticien. La lutte contre le travail a besoin d’un espace sur le Web où s’épanouir... Tu as vu Danger Travail ?

    Voir en ligne : Danger Travail

    • Pardon, pardon mais... qui parle, là ? Qui est l’informaticien mystère ,-)

      PS : merci pour le lien...

    • Pardon, pardon mais... qui parle, là ? Qui est l’informaticien mystère ,-)

      Un gars qui fait des conférences ;)

      « Plus jamais de 10% »... 100% de chômage pour tous !

      greetings à toi

    • la j’ai, besoin a un boulot a seattle si possible est j’aimerais bien le trouve car j ai besion a ce derniere merci mon e-mail sakkat1@caramail.com

      Voir en ligne : un chercheur

mauvais esprits

si « la rue ne gouverne pas », que doit-elle faire alors ?

En route !