Médias. A la télé, un homme s’interroge. La droite : « lobbing ou mafia ? ». L’homme, c’est Torreton.

Par David Dufresne, 16 février 2007 | 121 Lectures

Philippe Torreton, acteur.

Sur C+, il vient de dénoncer « l’intimidation violente » de l’UMP à l’égard de certains journalistes de TF1.

Sur C+, il a étrillé la «  façon éhontée et unique dans l’histoire de la République » avec laquelle nombre de grands médias soutiennent Nicolas Sarkozy.

Sur C+, il a parlé des «  amitiés qui sont assez intolérables ». Une véritable « mafia » prochaine, dit-il.

Sur C+, il a parlé de coups de téléphone « sans arrêt » pour mettre la pression sur certains journalistes « avant des émissions » ou « apres des interviews ». Il a parlé d’un « procédé d’intimidation assez violent qui est en place ».

Philippe Torreton a une légitimité certaine pour parler. Il connait bien la maison TF1. Il vit avec l’une de ses présentatrices.

Les propos de Torreton sont tellement plus forts que la mémère affaire de pépère Duhamel.1

Philippe Torreton. C+.

Cette campagne 2007 est décidément une belle campagne. Une campagne qui aura d’ores et déjà eu le mérite de porter de sérieux coups aux docilités/lâchetés/clichés de ce quatrième pouvoir qui a oublié d’être ce qu’il devait être : contre. Contre pouvoir.

Et j’en sais quelque chose. J’y bosse.

Et puis, ceci, cette phrase dans Le Canard Ecnhainé de cette semaine, à propos de Sarkozy. C’est un proche de Sarko qui parle : « Nicolas, ce n’est plus un candidat, c’est un chargé de clientèle ».

On continue, hein.

1Duhamel livrait son avis, comme le plus beau scoop de sa vie : lui l’ex-giscardien, l’ex-barriste, est resté centriste. Il va voter Bayrou. Quelle force ! Quel scoop ! Cette histoire là me fait penser à cete phrase ci, superbe, tirée de 404brain.net : « Le journaliste politique cherche le secret d’état. Le bloggueur cherche la petite phrase inutile. »

ABONNEZ VOUS AU BULLETIN ALÉATOIRE SOUS PLI DISCRET

Messages

  • Qui est vraiment étonné de cet état de fait ? N’est ce pas déjà le cas depuis des années ? (cf 2002 ou 1995)

  • Un ministre des Cultes qui manipule l’UOIF dans le procès de la Charliberté-de-la-presse-aux-ordres, un ministre de l’Intérieur qui interdit un livre sur sa femme, fait virer un directeur de journal et verrouiller les médias, un ministre de la République qui envoie ses troupes rafler les sans-papiers dans les salles d’opération, à l’école ou aux Restos du coeur...

    Etc., etc., etc.

    Et assister à tout cela sans piper mot, blasé ? Car il y a longtemps qu’on l’a calculé, Sarko. Au fond, n’est-ce-pas, entre nous, ça fait un bail qu’on n’est plus dupe, nous qui ne sommes pas des cerveaux disponibles, hein...

    Mais bon, ça lasse, à force. Et puis, c’est pas le premier prétendant aux plus hautes fonctions qui n’a de cesse de profiter du pouvoir pour assouvir une clique d’intérêts...

    Donc, hein, comme demande l’anonyme commentaire ci-dessus, qui est vraiment étonné ? Les mots de Torreton, ça s’rait-y pas encore une « petite phrase inutile » ? Devant un « état de fait », il n’y a pas lieu d’épiloguer. Ni d’en faire un fromage. Hardi, zappons.

    Sauf 1) qu’il est assez paradoxal de prendre la peine de poster un commentaire pour s’interroger benoîtement « à quoi bon commenter ? »... et 2) qu’il ne s’agit pas de s’étonner, de s’émouvoir, de s’indigner (puis de grogner et de se rendormir) ; mais, certains jours, il n’est d’autre silence que complice.

    Alors, tenir à voix haute et intelligible le compte quotidien des lâchetés et des aveuglements, des procédés et des manquements, des falsifications et des saloperies.

    Enregistrer les progrès du poison, cartographier les ruines, écrire le journal de la décomposition.

    Qui ne consent dit mot.

  • Philippe Torreton, n’est-ce pas justement ce comedien qui profitait, a une epoque, de sa legitimite certaine pour denoncer la « betise » des opposants au TCE devant tous les micros qu’on voulait bien lui tendre ? Si, si, celui qui assurait ne pas avoir lu le traite mais s’en remettait a l’avis des dirigeants socialistes... rouuuhhhh.

    • Et monsieur Sarkosy, ce n’est pas celui qui avait et continue à parler mais fait le contraire. Ces avocats d’affaire le roi de la tchatche et du roulage dans la farine.

blogger|fcuker

A l’attaque.

En route !