« Nous sommes les soldats virtuels de la Constitution »

Par David Dufresne, 7 décembre 2014 | 3385 Lectures

Après tout, je dois sauver ma peau moi aussi ; et puis, le chaos a ses charmes, il sait offrir des opportunités à ceux qui foncent. C’est ainsi que j’ai accepté de me rendre à la réunion des Hackers en colère (cf. épisode précédent). C’est Jane C., une pirate formée chez nous, qui a monté le sommet, sur un Darknet. Elle avait convié les dingos des Anonymous et Kyala, une affolante de 17 ans. Erasom était absent, et pour cause, l’as du BackPhone a été « suicidé » au début d’Anarchy, sans doute en lien avec l’attaque (véridique) des serveurs de France Télévisions, mi-novembre…

Les Anonymous ont commencé par débiter leur fond de sauce new age. Leur porte-parole se demandait comment « motiver le peuple qui a perdu Espoir » en assurant que son groupe s’opposait à toute lutte armée, lui qui a pourtant plongé Paris dans une panne électrique totale, facilitant l’évasion de Fleury-Mérogis des émeutiers les plus violents. Le garçon était fier de ses incantations, genre : « combattre les ténèbres par les ténèbres ne mène à rien, mais illuminer les ténèbres, même d’une petite lueur, transforme à tout jamais ce qui a été, est, et sera ». Et il finissait invariablement par des « Nous sommes Anonymous, nous sommes les enfants de la Liberté, nous sommes légion, nous ne pardonnons pas, comptez sur nous » qui provoquaient chez lui un petit rire nerveux des plus déplaisants.

Jane C. tenait son rôle d’indic, elle ne bronchait pas. Jane savait que les Anonymous avaient quand même réussi à s’introduire dans le saint des saints, l’intranet de la Banque de France. Faut prendre les gamins pour ce qu’ils sont : les vrais révolutionnaires de l’époque.

Pour ma part, je ciblais surtout Kyala. Sa devise de personnage d’Anarchy constituait en soi un renversement — et un programme : « Ce n’est pas l’argent qui gouverne le monde. C’est le langage binaire. » « Piratage sans conscience n’est que ruine de l’âme, monsieur Upian, commença par me lancer la jeune fille. Dans nos sociétés auto-proclamées transparentes, démocratiques et justes, il est sain que des particuliers se manifestent comme des anti-corps pour restaurer un semblant de vérité quand, en réalité, opacité et clientélisme règnent. Mais que l’on ne s’y trompe pas : nous sommes les soldats virtuels de la Constitution. Il y a là l’adhésion à un modèle, non sa contestation. La transparence aveugle a ses limites » Puis elle ajouta : « D’autant que toute vérité n’est pas bonne à dire, et vous le savez mieux que moi, n’est-ce pas, monsieur Upian ? » J’ignorais s’il s’agissait là d’une menace ou d’un conseil, mais je le pris comme une invitation. Avec ses talents, et mes réseaux, il y aurait sans doute de quoi se faire un joli pactole… Notre soif d’ordre restant notre meilleur argument de vente.

La suite sur le site d’Anarchy ou sur Le Monde

ABONNEZ VOUS AU BULLETIN ALÉATOIRE SOUS PLI DISCRET
Anarchy

« Sacrifice de poulet »

En route !