Nous sommes tous des vieux « grincheux » | dixit Michel-Edouard Leclerc

Par David Dufresne, 28 février 2005 | 90 Lectures

Voici ce qui se passe. Depuis quelques jours, un beau débat est lancé à propos de la mémoire, de l’héritage, du droit d’auteur, du droit moral, si c’est mieux de voler un CD qu’une affiche, si Michel-Edouard Le©ler© est homme politique ou non, etc. Ce débat a lieu, entre autres, ici même.

Or, voici que suite à sa campagne d’affichage détournant quelques affiches, les services de Michel-Edouard Leclerc tiennent à nous faire savoir que Michel-Edouard Leclerc a une sorte de blog, qu’ils annoncent comme suit :

« Pour enrichir le débat, pour permettre aux internautes, mais aussi aux journalistes, aux chefs d’entreprise, aux étudiants, de dialoguer avec lui, nous avons créé « de quoi je me M.E.L » le site Internet de Michel-Edouard Leclerc. »

Or, voici ce que le monsieur écrit en date du 24/02/05 à propos de sa campagne - et on se pince ! et on rit (jaune) ! et on se marre !

« Pour la deuxième année consécutive, mon enseigne lance une campagne pour obtenir le droit de baisser les prix. Pour commencer : trois affiches, placardées sur les murs de France et dans la presse, et dont le graphisme pop art s’inspire des créations de l’Atelier des Beaux-Arts en 1968. A gauche comme à droite, les vieux guerriers ont salué avec humour le clin d’œil. Seuls quelques grincheux ont crié au détournement d’héritage. Le Premier Ministre, lui n’a pas aimé. Surtout l’affiche avec le CRS. Il trouve que c’est un appel à la violence au moment où les lycéens justement se retrouvent dans la rue. Je ne veux pas polémiquer avec lui ; même si franchement son propos est excessif à notre égard. Il ne le sait peut-être pas, mais j’ai une réelle estime pour lui (...) Pour autant, je ne vais pas le contredire. La matraque, sur l’affiche, c’est bien un symbole violent : celui des prélèvements obligatoires et des hausses de prix qui s’abattent sur le pouvoir d’achat des Français. Il a raison, ça fait mal au portefeuille...

Je l’avoue aussi : avec cette campagne, je poursuis un but politique. Je veux inciter le gouvernement et les parlementaires à tenir compte des attentes populaires. »

ABONNEZ VOUS AU BULLETIN ALÉATOIRE SOUS PLI DISCRET
blogger|fcuker

j*hn sp*nc*r r*m*x* [oyé oyé]

En route !