révolution du son, son de la révolution

rap & politique : le ratage ?

Par , 20 janvier 1999 | 16170 Lectures

Hamé, 23 ans, membre du groupe La Rumeur, n’est pas du genre à démarrer au quart de tour. Rap et politique ? Il sourit, réfléchit. « Un grand rendez-vous a été raté entre le rap et les jeunes des quartiers, au début des années 90, à l’époque du rap vindicatif. » Le garçon n’est ni désabusé ni amer, juste lucide. Il reconnaît sans mal la distorsion entre le discours farouche martelé par les rappers (constatation/contestation), et une réalité du hip-hop d’aujourd’hui (fric et frime). La voix posée, le discours clair et tranchant, Hamé poursuit : « Le rap n’est pas libérateur dans l’absolu. Il y a un rap aliénant, matérialiste, vidé de sa subversion. Et, derrière, une instrumentalisation de ce rap-là, pour masquer les problèmes, ravaler la façade, avec l’appui de l’industrie du disque qui le bombarde. Un modèle en phase avec l’idéologie bourgeoise, capitaliste, alors que le rap est né dans la merde. Et que l’une de ses fonctions fondamentales est de retourner le stylo contre les causes qui génèrent cette merde. »

« désarroi déjà roi »

Étudiant en fac de cinéma, « issu du milieu ouvrier », Hamé est exigeant. Pas question non plus pour lui de verser dans le simplisme, limite démago, de certains de ses collègues : « Nous avons une responsabilité en tant que rappeurs. Rester sur le constat larmoyant, misérabiliste, peut être une forme de lâcheté. Nous devons amener l’idée d’une alternative politique, urgente. »

Mais voilà. Hamé sait la tâche rude, d’autant que dans la profusion de groupes français, ils sont rares à le suivre dans son raisonnement. Combien, au juste, parmi les plus connus ? NTM, Assassin, Yazid, La Rumeur, IAM, Mystik, Fabe aussi, et quelques autres. Guère plus. A contre-courant d’un rap commercial, muet à 90%, ceux-là continuent, comme au temps du rap-ultra, de traduire, parfois de manière implicite, une attente. Ainsi des NTM qui rappent « La France est accusée de non-assistance à personne en danger » et demandent « qui paiera les dégâts ? » malgré le « désarroi déjà roi ». Ainsi d’Expression Direkt qui expliquait en mai 98 : « Lorsque les autorités ont évacué Saint-Bernard, c’est là que les lascars devaient être. Là où existent du mouvement et des conflits. Mais, en France, c’est chacun pour soi, chacun ses potes. On est dans une situation où l’on doit d’abord survivre. »

Bien sûr, depuis deux ans, les concerts de soutien se sont multipliés (en faveur du Mouvement d’immigration et des banlieues, contre les bavures policières, pour Sida Info Service), tout comme les compilations « contre la censure » ou éditées au profit de l’Observatoire international des prisons, mais ces assauts restent marginaux.

Parmi les plus réussis : le manifeste 11 Minutes 30 contre les lois racistes édité par le label Cercle rouge du cinéaste Jean-François Richet. Une maison de disques qui tranche, elle aussi, dans le monde du rap : pochettes à l’esthétique réaliste soviétique, droit de vote des artistes sur sa gestion, un condensé d’engagement à elle seule. Mais l’ensemble ne parvient pas à faire oublier que le militantisme rap a tardé à venir. Malgré les appels de mouvements comme les Jeunesses Comunistes Révolutionnaires qui éditaient, en 1993, et en vain, une brochure Rap et révolution. Malgré les attentes de beaucoup, au tournant des années 90 : groupes, auditeurs, sociologues, qui ont peut-être commis alors l’erreur de trop miser sur le hip-hop. Comme si cette bande-son des rues pouvait à elle seule tout résoudre. Se faire plus politisée que la société à laquelle elle renvoie. Ou comme si l’instinct des rappeurs pour la chose publique pouvait faire programme.

« L’État, perçu comme une entité coercitive, est celui par qui les contrôles au faciès arrivent - peu d’espoir, donc » (Yann C., The Truth)

Alors, quoi : le rap, de la tchatche, et rien d’autre ? Sear a 30 ans, dont quinze consacrés au hip-hop via son fanzine Get Busy. Aujourd’hui responsable d’Authentik, le magazine des NTM dans lequel il étrille à coups d’interviews Éric Raoult ou Fodé Sylla, il a son idée. « S’impliquer dans le rap, c’est s’impliquer tout court : sortir de la cité, aller de l’avant et, surtout, ne plus se mettre dans la position de la victime ». Une opinion exprimée en 1995 par Joey Starr (NTM) dans Libération : « Je me sens concerné par la vie de la cité, mais pas par les projections des politiciens. T’as vu le décalage ? Leurs gesticulations ? Pour les gens comme moi, un gouvernement de gauche ou de droite, c’est pareil. Mon devoir de citoyen, je le remplis tous les jours, en écrivant mes raps. »

Dans le même esprit, il y a Fabe. Son but : produire une « contre-information et représenter nos idées ». Et l’auteur de Nuage sans fin (« La France est un manège, le Président un forain, le monde la foire du Trône et on veut tous gratter un tour ») d’ajouter : « Je ne rejette pas le système. Je suis dedans, je ne rêve pas. Mais je ne suis pas plus dedans que celui qui bosse à Sony ou chez un armurier. Seulement, nous, nous évoluons dans un système où l’on n’est représenté par personne, à aucun niveau. Ça tourne en rond. »

Parfois, ça ne tourne plus du tout. La méfiance envers les mouvements politiques est totale depuis belle lurette : trop lointains, trop réformistes. Quant à l’État, perçu comme une entité coercitive, il est celui par qui les contrôles au faciès arrivent - peu d’espoir, donc. Yann C., éditeur du fanzine The Truth, avance : « Peu de mecs des quartiers ont une culture politique. Parce qu’il n’y a rien à l’école, que leurs parents sont dépolitisés et que la politique a fui les cités. Pour beaucoup, les notions de pouvoir, de lutte d’influence, restent abstraites. Quant à ceux qui veulent s’y intéresser, ils voient leur désir tué dans l’œuf, à cause des promesses non tenues par les municipalités. »

Alors, le hip-hop se débrouille sans. Parce que son art est la parole, pas les actes. Qu’il n’est au mieux qu’un aiguillon - et c’est déjà beaucoup. Mais, surtout, parce que les rappeurs se veulent éclaireurs plutôt que leaders, porte-voix plutôt que militants. Eux qui savent que les leurs, aux aguets, les écoutent et exigent beaucoup d’eux. Et que d’autres, aux centres-ville, captent, au détour d’une rime, leur parole longtemps confisquée d’oubliés des périphéries. Sans détour, ni filtre.

ABONNEZ VOUS AU BULLETIN ALÉATOIRE SOUS PLI DISCRET

Messages

  • Après avoir été accusé de racistes et d’antisémites, avec leur chanson « Jeteurs de pierre » traitant du conflit Israëlo-palestinien, le groupe SNIPER écrit une lettre à SARKO...séquence émotion...

    De Sniper (groupe de musique Rap) à ....

    "Monsieur Nicolas SARKOZY Ministre de l’Intérieur Place Beauvau 75008 PARIS Aubervilliers, le 6 novembre 2003

    Monsieur le Ministre,

    Nous ne sommes ni antisémites ni antifrançais et nous tenons à apporter les réponses suivantes aux déclarations populistes et diffamatoires que vous avez tenues hier à l’Assemblée Nationale.

    A) Nous regrettons de constater que vos propos sont identiques à ceux du mouvement « JEUNESSE IDENTITAIRE » (PJ). C’est bizarre pour un grand démocrate comme vous de reprendre des propos d’extrême droite.

    B) Allez-vous également faire condamner Maxime LE FORESTIER, Gustave FLAUBERT, Léo FERRE, Serge GAINSBOURG, Georges BRASSENS et Guy de MAUPASSANT ? Voulez-vous refaire le procès de BEAUDELAIRE et rétablir la censure ? Si tel est le cas, nous vous rappelons que la Cour de Cassation a rendu le 31 mai 1949 un arrêt de réhabilitation en reprochant aux Juges qui avaient condamné BEAUDELAIRE d’avoir, par une interprétation réaliste de ses poèmes, négligé leur véritable interprétation symbolique et rendu une décision « arbitraire ».

    C) La musique en général, et plus particulièrement la nôtre est composée d’images fortes qu’aucun auditeur de bonne foi ne prend au premier degré. « Certes le rap doit être provocateur mais soit confusion soit récupération on tient pour de la « provoc » ce qui est dans le fond qu’une manière de parler et bien sûr Carnaval ; ne confondons pas un appel au secours avec un appel au meurtre » (Le Rap ou la Fureur de le dire – pages 122-123).

    Depuis 1999 nous chantons « La France », aucun Ministre ni aucun « facho » n’a été assassiné et nous nous en réjouissons.

    D) Non seulement nous ne sommes pas antisémites mais au contraire nous sommes aux côtés de tous les Israéliens qui cherchent la paix « Dans ce coin du Monde où la paix reste difficile à défendre, Isaac Rabbin en a fait les frais et s’est fait descendre ». Est-ce ce couplet qui vous dérange ?

    E) Vous avez également tort de croire que nous sommes racistes. Nous sommes Français comme vous mais nous nous demandons si vous nous acceptez comme tels. D’un côté cette pseudo France d’en bas que vous cajolez et de l’autre ceux que vous ne voulez traiter qu’à la matraque.

    Est-ce un hasard si vous vous attaquez pour la deuxième fois en quelques mois un groupe de rap composé de jeunes Français issus de l’immigration ?

    Nous pensons qu’avec tout le travail que vous avez vous n’avez pas pris le temps d’écouter nos albums et nous vous invitons à le faire. Cela vous évitera de travestir le sens de nos chansons.

    Nous voulons bien penser que mal informé vous vous êtes laissé emporter par une crise de démagogie passagère et nous sommes tout prêts à accepter vos excuses.

    Dans le cas contraire, nous agirons en citoyens responsables en saisissant la Cour de Justice de la République conformément à la Loi.

    Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Ministre de l’Intérieur, l’expression de nos salutations les plus distinguées.

    BOUDJ TUNISIANO AKETO BLACK RENEGA"

    PEACE

    NIKOTEEN

    • Franchement tous ce ki dise que sniper on des propo racistes et antisemites tord sa se voi qu’ils on rien écouter et juge seulement a cause de la coulaeur de peau sa devient grave nous sommes en 2005 et se probleme na pa encore ete resolu moi je di vive sniper et je serai toujours la pour les soutenir quoiqu’il se passe et vive aketo

    • vous etes des bons sniper vous etes des thug mais est ce que vous allez sortir un nouvel album les mec

    • Je suis un amateur de rap et à la fois je le déteste. Le rap fait partie du mouvement Hip Hop qui à la base met en avant un mode de vie et des propos que l’on connait : la paix l’unité la joie, une fois qu’on aura remis les choses à leur place dans un pays qui a bien besoin d’esprits révolutionnaires pour progresser.

      Quand j’entends dans les médias que des Sarkozys attaquent des groupes de rap, ça me met en boule. Pourtant... Certains groupes mériteraient de comparaitre pour les propos racistes, mysogynes et homophobes qu’ils tiennent. C’est intolérable... Il pourrissent l’image du Hip Hop et le silence du gouvernement et des médias cautionne.

      Le problème est le suivant : quand le gouvernement s’attaque au rap, ce n’est pas pour les propos intolérables tenus par certains, mais seulement lorsque l’on attaque leur république chérie, que l’on menace ne serait-ce que textuellement le petit ordre établi.

      Un exemple flagrant : suite aux nombreuses nuits d’émeutes en cette fin 2005, le gouvernement ne se pose toujours pas de questions. Ce n’est pas la merde dans laquelle ils laissent les banlieues qui est à l’origine de ces évènements mais les textes écrits par des rappeurs il y a dix ans. C’est trop facile... Non seulement le gouvernement enferme comme à son habitude les jeunes dans des clichés mais en plus ils organisent une chasse aux sorcières.

    • salut ca va moi c ABJA et son franc parler et je croi quand na le meme combat je ne suis pas chanteur mais j ai réusie je pense a faire une chanson ou la moral et la base numero et ci tu veu ecouter mon morceau je le donne avec plaisire vien sur fat572003@hotmail.com je trouve ton cite maginifique avec de vrai propo félicitation

  • Il faut voir ce qui est, le rap n’est que de la poésie, un moyen d’exprimer ses idées, ni plus ni moins.... Comme Beaudelaire a fait avant le mouvmenet hip-hop....

  • bonjour,

    je suis étudiante en master de sciences politique et je souhaitais faire mon mémoire sur le « rap politque ». ce sujet me semble passionnant même si pour l’instant je n’y connait pas grand chose.

    le rap est souvent victime de préjugés fortements interioriés par notre chère classe politique. les jeunes ne s’interessent pas à la politique ??? la preuve que non, mais ils ( pour certains) condannent la politque hypocrite de nos « représentants ».... notre monde s’enfonce dans le plus ignoble des chaos. on nous informe de ce que l’on doit bien savoir selon certains.

    une toute petite minorité détient le pouvoir au détriment de la masse mondiale. servitude volontaire ou lacheté..... l’élite à quoi de plus que la majorité des citoyens ???? rien à part l’esprit capitaliste de l’accumulation infinie...... si possible, je souhaiterais avoir l’opinion, l’avis, le ressentiment de tous ceux qui le souhaitent... (ps : quelqu’un peut me renseigner sur des textes forts de rap afin d’avancer dans mes recherches, merci par avance) cordialement Najia.

    • Bonjour Najia, Je pense pouvoir t aider dans tes recherches, si tu veux que l on se contacte plus rapidement :

      ]shi[/b]kly[

      @

      ]hot[

      mail|/].com voila prend mon adresse ( en retirant les « [/] », que j ai disposer pour ne pas me faire spammer ...)

      Concernant ton sujet : Si le rap est mal vu c est simplement parce que ceux qui souhaite le montrer du doigts (c est marrant, on est en plein dans le sujet en ce moment avec l accusation d artiste du rap par quelque députés) le rap commerciale, celui qui souvent incite à la violence, car c est bien connu la provocation et les paroles dénué de sens sont celle qui font le plus vendre ....

      Malgré que certain artiste accuser par les députés sont respectable...

      Concernant les texte, euh ... sincèrement aujourd’hui je suis un peut claquer donc de tête j ai tout d abord penser à ses lyriques : (clique sur les liens et prend les noms que je te propose tu as une descriptions juste à coter ;))

      La RUMEUR :

      http://www.abcdrduson.com/lyrics/artiste.php?idartiste=15 les lyriques intéressent de cette page :

      • Nom, prénom, identité >> en plein dans l actualité sur les banlieues
      • 365 cicatrices >> sur le racisme
      • L’ombre sur la mesure >> très bon texte qui laisse a réfléchire (aussi sur le thème des banlieues, des policiers etc...)
      • Ecoute le sang parler > sur le thème de l intégration
      • Le cuir usé d’une valise > sur le thème de l immigration

      FAF LARAGE :

      http://www.chansons-paroles.com/faf-larage/1464,j-accuse.htm >>j accuse reprend l idée d Emile Zola pour dénoncer, pour accuser ... http://www.parolesonline.com/paroles-de-chansons/faf-larage/j-ai-honte-36895.html >> « j ai honte » dénonce les bavures policières

      Salif !

      http://www.lavi2rue.com/lyrics/paroles-salif-notre-vie-s-resume-en-1-seule-phrase-(street-is-watching)-1791.html >> très bon texte sur la manipulation des médias sur le jeune de cite comme voyou de la nation ....

      FABE :

      http://www.lavi2rue.com/paroles-fabe-lyrics-816.html

      • Lettre au président >> même thème que Salif
      • Rien ne stoppe mon avanceée >> Très bon texte sur la Révolution
      • Evidence>> pas de justice, pas de paix ...
      • L’Ennemi Public N°1 >> je te laisse découvrire ...

      J ai (ou j avais) la plupart de ses lyriques en son (.mp3), donc si tu veux je pourrais te les fournires, en les écoutant tu auras une autre dimension du texte ;)

      Il y a encore beaucoup de texte mais de tête je n en est plus (c est la fin de journée et je sature..) « L état d urgence » de Yazid est un très bon son malheureusement ce texte est introuvables sur le net, tout comme le reste de son album ...Mais je pourrais te le fournire =] enfin j espère ...

      Assassin est aussi un grand groupe : http://livinastro5000.com parti : artiste > assassin > audio ou texte

      il te suffira de cliquer sur un album pour écouter ou lire le texte =] bon j ai pas le temps de vérifier mon horrible orthographe ni même de poursuivre mes recherches, demain une grande journée matin...

      Mais bon tout le monde s en fout de ma vie :p

      Donc voilà tu as mon adresse, si tu souhaite avoir les sons, ou avoir une aide sur ton projet

      En tout cas bonne chance

    • Bonsoir (ASH),

      Merci pour votre aide et gentillesse !!! Voici mon adresse si vous le souhaitez : HLILIF.NAJIA@CARAMAIL.COM

      A bientot et encore merci !

      (ps : je ne me fous de la vie de personne !) cordialement

      Najia

    • ben bien sur, si tu veux vraiment du son vraiment critique envers la classe politique, je te conseille d’écouter les albums du groupe assassin. C’est un raisonnement construit, et c’est du très bon son, même si c’est vrai que c’est assez old school. ou alors mais tu dosi connaitre, NTM.

  • Bonsoir,

    Je m’adresse spécialement à la personne qui m’a répondu et proposé son aide. En effet, j’ai un petit souci avec votre mail dans la mesure ou le message que je vous envoie m’est retourné.

    S’il vous plait, je vous envoie à nouveau mon mail, esperant que vous répondrez !

    HLILIF.NAJIA@CARAMAIL.COM

    merci par avance. Najia

  • Je tombe Par hazard sur le site je suis une énorme fan de hip hop et je me rends compte que ma culture rapologique est à des miliers de kilometre de celle de la personne du dessus donc si cela vous interesse d’avoir ma contribution sur le sujet ce serai avec grand plaisir bisous

  • Et Gynéco qui soutient Sarkozy, c’est pas la meilleure ça ? Mort de rire. Rappelons que ses potes de Ministère AMER avaient été condamnés à 250.000 boules d’amende pour avoir chanté « Pas de paix sans que le poulet repose en paix est-ce que tu le sais ? sacrifions les poulets ! ». Remarque, faut pas oublier que Gynéco avait commis un duo avec Bernard Tapie, ce qui est quand même assez fort. Et qu’il avait dit dans une interview que Tapie avait connu la prison, ce qui faisait de lui « un vrai négro maintenant » :-) Sarko sera-t-il un jour « un vrai négro » ?

  • 5 ans plus tard, j’ai juste envie de remettre les pendules à l’heure, surtout pour fermer la bouche de gens qui n’y connaissent rien, à commencer par le rédacteur de l’article. C’est bien dans les habitudes de liberation de citer Hamé, ou Joey starr, ce genre de mec qui ont un discours qui se tiens de A à Z, un discours raisonnable dans un certain sens. Je veus donc signaler que le rap français regorge, encore maintenant, de rappeurs sincères et intègres... Alors les Fabe, Mystik, ntm... OK, mais ils ne sont pas seuls. « le rap n’est pas libérateur dans l’absolu » Putain mais qui a dis ça ? Même Chuck D n’était pas dupe de l’impact de son art, et pourtant il a fait bouger les foules. Le rap n’est pas là pour changer quelque chose au cours de l’histoire. Bordel, vous cassez les couilles à toujours vouloir que les choses soient comme vous en avez envie. Quant au connard habituel qui viens nous sortir son peace love and unity, les U.S.A ne sont pas la France, et le rap français s’est quasiment toujours attaché à faire passer un message authentique, même si ce message ne correspond pas à l’ensemble des biens fondés. Il s’agit de faire sortir le mal.

    • Quel regret que tu ne signes pas ton post. C’est toujours mieux de savoir à qui on parle. Tant pis.

      Etant l’auteur de l’article, je te réponds. D’abord, regarde bien la date de cet article : 1999. Il a dix ans. Et non cinq, comme tu dis. Ce qui me gène dans ta réaction, c’est que tu lis cet article avec des yeux de 2009. Il faut le remettre dans son contexte.

      Evidemment, qu’il y a toujours des groupes intégres aujourd’hui. Telle n’est pas la question. La question est celle du rapport au politique, puisque le rap est l’une des musiques les plus engagées qui soit.

      Pour le reste, je te renvoie à mon livre, « Yo Revolution Rap », encore plus vieux (1991). Il est dispo en téléchargement ici. Tu verras, parfois, on se sent un peu con de juger sans savoir et de préjuger des gens parce qu’ils ont travaillé à Libé ou ailleurs.

      Bien à toi, courageux anonyme.

sous-culture

oklahoma City, nirvana sur la route

En route !